Glencore, une fois encore

L’hebdomadaire suisse alémanique Wochenzeitung (WOZ) a révélé la semaine passée que Glencore a déposé au printemps 2021 une plainte contre l’État colombien. La raison de cette plainte ? En 2017, la Cour Suprême colombienne a obligé la multinationale à mieux respecter l’environnement, notamment en lui interdisant de détourner une rivière dans le but d’agrandir sa gigantesque mine de charbon “El Cerrejón”, déjà controversée. Vous trouvez ici un lien vers l’article de la WOZ (en allemand) ou plus d’informations sur notre site (en français).

Cette plainte a été déposée en vertu de l’« accord de protection des investissements » entre la Suisse et la Colombie. Ces accords, qui existent entre de nombreux pays, permettent aux multinationales de porter plainte contre les États lorsque ceux-ci tentent de limiter leurs activités - en l’occurrence, même lorsque l’État agit dans un but de protection de l’environnement ou des personnes. En clair : les communautés affectées ne peuvent pas assigner Glencore en justice en Suisse, en raison du refus de justesse de l’initiative pour des multinationales responsables. En revanche, via une plainte pour protection des investissements, Glencore peut empêcher l’État colombien de prendre des mesures pour protéger l’environnement et les droits humains sur son territoire !

Nous demandons au nouveau CEO de Glencore de mettre immédiatement un terme aux violations des droits humains et à la destruction de l’environnement en Colombie et de retirer la plainte déposée contre ce pays. Plus de 20′000 personnes ont déjà signé notre lettre ouverte. Signez également ! : www.initiative-multinationales.ch/stop-au-business-nocif-du-charbon-signez-maintenant/

La question des plaintes déposées par des multinationales contre les États pour protéger leurs investissements, instruments controversés, sera également abordée en présence d’expertes suisses et colombiennes lors de deux conférences début mai à Lausanne et Genève sur le business nocif du charbon de Glencore (report des conférences initialement prévues en janvier). Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire ici.

Cet exemple montre clairement, et une fois de plus, qu’il faut enfin une réglementation forte et efficace en Suisse aussi, afin d’empêcher les multinationales comme Glencore de continuer à violer les droits humains et détruire l’environnement sans avoir à répondre de leurs actes. Ensemble, nous pouvons maintenir la pression !

Rahel Ruch
Directrice de la coalition pour des multinationales responsables

Coalition pour des multinationales responsables
Monbijoustrasse 31, Case postale
3001 Berne

info@initiative-multinationales.ch
www.initiative-multinationales.ch

0 commentaire à “Glencore, une fois encore ”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 1198 access attempts in the last 7 days.