Le Grand Conseil genevois veut sauver les offices de poste

Les députés ont largement accepté une motion qui demande au gouvernement de s’opposer aux fermetures. Le socialiste Romain de Sainte Marie a défendu la motion visant à défendre les offices de poste. Les députés ont accepté jeudi soir une motion issue des partis de l’Alternative.

Elle demande au Conseil d’Etat «de s’opposer fermement à toute nouvelle fermeture d’offices de poste à Genève». Seuls les élus PLR se sont opposés à la proposition, qui a été adoptée par 60 voix contre 24 et 1 abstention.

Le socialiste Romain de Sainte Marie a défendu la motion en rappelant que les offices étaient déjà passés de 3400 en 2001 à 1464 en 2015. «Un nouveau plan prévoit encore la suppression de 600 nouvelles postes en Suisse», a-t-il ajouté, citant le syndicat Syndicom.

Penser aux personnes âgées

Très vite, le PDC Bertrand Buchs a confirmé que son parti appuierait la proposition. «Nous sommes en souci par rapport aux prestations de la Poste en faveur des gens âgés et des personnes handicapées, a-t-il expliqué. Or nous devons penser à toutes les catégories de la population.»

L’UDC s’est également montrée très sensible à la cause, Patrick Lussi estimant même que «nous devrions tous réfléchir à notre utilisation des messages et des transferts électroniques». Finalement, seule la PLR Nathalie Fontanet a appelé à refuser la motion. Et encore, principalement parce qu’il s’agit d’une compétence exclusivement fédérale.

Créer un front de résistance

Outre l’appel à s’opposer aux fermetures, la motion invite le Conseil d’Etat à collaborer avec les autres cantons concernés «afin d’examiner la possibilité d’une résistance commune». A noter qu’aucun membre du gouvernement ne s’est exprimé lors du débat.

(Tribune de Genève)

0 commentaire à “Le Grand Conseil genevois veut sauver les offices de poste”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 2707 access attempts in the last 7 days.