La Poste : les villages se rebiffent !

Ollon, Froideville, Puidoux, Mies-Tannay : des villages du canton de Vaud s’opposent de plus en plus à la fermeture des offices postaux ! Mais La Poste n’en a cure, elle compte fermer 500 à 600 sur les 1700 qui restent en Suisse. A rappeler qu’en 2001, il y en avait 3′500 !
(Note d’Acidus)

Puidoux appelle à protester contre La Poste

Désobéissance La Municipalité se fend d’un texte dans Le Courrier Lavaux-Oron qui incite ses citoyens à refuser la fermeture de leur poste.
«Ne laissez plus La Poste Suisse vous répondre, avec arrogance: La Poste s’organise comme elle l’entend.» L’exergue impératif qui trône au milieu de la lettre ouverte de la Municipalité de Puidoux publiée dans Le Courrier Lavaux-Oron d’hier interpelle. Les élus incitent par ce biais leurs «citoyens responsables» à signer les pétitions qui circulent chez les commerçants de la place et à adresser leurs doléances à la Municipalité afin qu’elle les transmette au géant jaune. Mieux, ils appellent les habitants à saisir le Grand Conseil et le Conseil d’Etat pour «qu’ils se mobilisent pour le changement de la loi» afin d’«enrayer le processus de démantèlement du service public».

Quelle mouche a donc piqué l’Exécutif de Puidoux? En fait, son action fait suite à la dernière séance du Conseil communal, le 15 décembre, où un conseiller s’est inquiété du sort de l’office de poste du Verney, dont La Poste annonçait la fermeture éventuelle via un tout-ménage. «Le Conseil a invité la Municipalité à réagir et a lancé une pétition», explique le syndic René Gilliéron. Le but: fournir des éléments à la Municipalité pour l’appuyer dans ses tractations avec La Poste, qui continueront le 28 février prochain.

La lettre ouverte, qui tient sur quatre colonnes dans l’hebdomadaire régional, tance par le menu l’entreprise fédérale qui nuit à l’emploi et ne se préoccupe plus de ses clients, selon elle. On y lit qu’elle présente des «arguments aussi faibles et invérifiables que leurs chiffres», et que leur proposition d’agence postale intégrée à un commerce existant est une «solution boiteuse».

René Gilliéron assume le ton de la bafouille: «Une Migros vient d’ouvrir et amène du monde, les écoles, les industries, tout vient chez nous, et l’office postal s’en va? C’est vrai, on n’a pas compris la démarche de La Poste, qui veut quitter une zone centre où l’offre de commerces est cohérente.»

(Créé: 26.01.2017, 19h24)

Les commerçants d’Ollon font bloc pour sauver la poste
Une pétition a été lancée pour demander le maintien de l’office local, menacé de fermeture.
Les habitants sont invités à signer la pétition dans les commerces du village

Le géant jaune déclenchera-t-il une réaction en chaîne? A Ollon, dont l’office postal est menacé de fermeture, c’est la grande crainte. «L’habitant qui fait ses paiements au guichet s’arrête boire un café au bistrot, passe prendre du pain, va acheter des yogourts à l’épicerie, illustre Patricia Studer, gérante de la boutique florale Calice. S’il n’y a plus de poste ici, il ira faire sa tournée à Aigle. Les commerces vont en souffrir et risquent de disparaître lentement.» Les commerçants de la localité ont donc lancé il y a une dizaine de jours une pétition pour tenter de sauver leur office. Sur la plupart des vitrines, des affiches invitent les clients à la signer. «Nous avons déjà récolté environ 1000 signatures», se réjouit le boulanger Sébastien Riedo. Et la page Facebook «Non à la fermeture de la poste d’Ollon» fédère à ce jour 750 personnes.A Ollon, qui a perdu au fil des décennies trois de ses cinq guichets – ceux de Panex, d’Huémoz et de Chesières ont disparu alors que ceux de Villars et d’Ollon subsistent –, la stratégie de La Poste suscite l’incompréhension. Les commerçants relèvent que le village compte 2500 habitants. Et 660 de plus devraient s’installer, dans le futur quartier du Lombard. «Mais, évidemment, La Poste réduit les horaires d’ouverture, et donc l’attractivité de notre bureau, et estime ensuite qu’il n’est pas assez rentable», s’offusque le boulanger.

Selon La Poste, «la demande en prestations est insuffisante à Ollon pour la poursuite de l’exploitation d’un office standard. Et la création de logements ne signifie pas forcément une augmentation de cette demande. Les gens sont aujourd’hui plus mobiles et misent de plus en plus sur les nouvelles technologies de communication et de paiement», justifie Isabelle Mouron, chargée de communication pour l’entreprise. Raison pour laquelle «la desserte postale y fait l’objet d’un examen. Aucune décision ferme de suppression n’a été prise. Nous en sommes au stade des discussions avec la Municipalité et à la recherche de solutions alternatives.»

Qui pourraient prendre la forme d’une agence dans un commerce du village. Le géant jaune a approché le pharmacien Jean-Luc Monachon. Sébastien Riedo le déplore: «En disant oui à La Poste, on lui offre la possibilité de fermer notre bureau. Une agence est peut-être une solution pour un village de 600 habitants mais pas pour Ollon, chef-lieu de la commune.»

Jean-Luc Monachon nuance: «J’ai accepté d’entrer en matière, mais je n’ai rien signé. Je souhaite évidemment que notre poste reste ouverte, mais, à tout prendre, je préfère l’ouverture d’une agence à plus de service du tout.» Le pharmacien encourage d’ailleurs lui aussi ses clients à signer la pétition.

La Municipalité devrait en faire de même, par le biais d’un tous-ménages qui pourrait paraître prochainement. Elle a par ailleurs déposé un recours auprès de Postcom, l’organe de régulation du marché postal. «Cette fermeture serait scandaleuse et dommageable pour nos commerces, insiste le syndic, Jean-Luc Chollet. Des communes plus petites et plus proches qu’Ollon de bureaux de poste importants ont réussi à infléchir la décision de cette entreprise qui est devenue le petit gérant jaune.» (24 heures)
(David Genillard 07.01.2016)

Ollon remporte «une bataille» pour garder sa poste
Restructuration Le géant jaune veut remplacer son office par un service à domicile, une solution que désapprouve PostCom, l’organe de régulation du marché

Service de poste à domicile ou agence postale dans un commerce? PostCom, l’organe de contrôle du marché, a préavisé, hier, en faveur de la seconde solution. Il s’agit de pallier la fermeture du bureau de poste d’Ollon, planifiée par l’ancienne régie fédérale.

Suite à une pétition lancée en janvier dernier par les commerçants du village, la Municipalité avait déposé un recours auprès de l’organe de contrôle. Ce dernier explique qu’il juge la solution d’un service à domicile insuffisant «compte tenu du nombre d’habitants de la zone desservie par l’office de poste d’Ollon et du chiffre d’affaires réalisé par ce dernier».

Une nouvelle qui ne réjouit pas complètement le syndic Patrick Turrian. «D’un côté, c’est une bonne nouvelle. Nous avons gagné une bataille au niveau du recours. Par contre, la solution d’une agence postale ne nous satisfait pas. Un bureau de poste est indispensable à Ollon surtout avec le projet Chablais Agglo et le développement économique qui en découlera.»

Du côté de La Poste, on assure vouloir conserver une agence postale. «Nous allons renouer le dialogue avec la Commune et les commerçants et essayer de trouver une solution. Jusqu’à nouvel avis, le bureau de poste actuel ne devrait pas bouger», précise Nathalie Dérobert Fellay, porte-parole de La Poste.

La décision de PostCom ne surprend pas l’ancien syndic, Jean-Luc Chollet: «C’est un sursis et si aucun commerçant ne veut accueillir d’agence postale, je ne vois pas PostCom revenir sur sa décision. Avec une population de pendulaires, le service à domicile est impossible. Les habitants sont rarement chez eux en pleine journée.»

Chez les commerçants, on continue à s’inquiéter d’une future fermeture du bureau de poste. Selon eux, cela rimerait inévitablement avec la mort des différents commerces du village. «Un bureau de poste est nécessaire, il y a des personnes qui n’ont pas de véhicule ou qui n’utilisent pas les nouvelles technologies disponibles», explique le pharmacien Jean-Luc Monachon.

Pour sa part, Sébastien Riedo, boulanger, ne croit pas que la perle rare sera trouvée: «Personne ne veut accueillir une agence postale. Ce sont des charges et des surfaces supplémentaires qui sont importantes. Même si j’avais la place, je ne prendrais pas cette structure dans mes murs.» (24 heures)
Romain Michaud 21.12.2016

La manif pour la poste de Froideville a eu lieu malgré l’interdiction
Froideville Une vingtaine de personnes ont manifesté contre la fermeture du guichet, malgré l’opposition de la Commune. Ils sont venus exprimer leur attachement au bureau de poste de Froideville.

Ils ont bravé l’interdiction. Ils étaient une vingtaine, samedi matin, à manifester contre la fermeture du bureau de poste de Froideville, qui vivait son dernier jour.

L’interdiction par la Municipalité, qui s’y opposait faute d’avoir été prévenue à temps, n’a donc pas impressionné les manifestants. Parmi ces derniers, plusieurs députés (les socialistes DelphineProbst et Valérie Induni ainsi que Jean-Michel Dolivo, SolidaritéS), le secrétaire syndical d’UNIA Yves Defferrard, et le président de le section Gros-de-Vaud du PS Vaud Sébastien Lehmann dénonçaient le côté arbitraire de l’interdiction.

De leur côté, les habitants regrettaient la cinquième fermeture d’une poste en quatre ans dans la région. «Dans le plus vaste district du canton, il ne reste que cinq bureaux.» Satisfait que le rassemblement n’ait pas donné lieu à des débordements, le syndic, Jean-François Thuillard (UDC) ne semblait pas faire grand cas du fait que l’interdiction n’ait pas été respectée.
(Créé: 06.02.2017, 10h30)

Mies-Tannay: une pétition contre la fermeture de la Poste a déjà réuni 600 signatures
La disparition d’un bureau postal constitue un événement marquant dans la vie d’un village.

Mies-Tannay - Des citoyens ont lancé une pétition pour exprimer leur désaccord vis-à-vis de la fermeture annoncée du bureau postal de Mies. Quelques 600 signatures ont déjà été recueillies.

La dernière pétition en date au sujet de la fermeture d’un bureau de poste d’un village concerne cette fois-ci celui de Mies. Si quelque 600 personnes ont déjà signé les formulaires, le combat semble perdu d’avance comme l’exprime cette commerçante: «Nous savons très bien que la décision est déjà prise. Il s’agit surtout de témoigner de notre solidarité aux personnes concernées par cette fermeture et d’exprimer nos regrets concernant la disparition d’un endroit important pour le tissu social du village.»
Sigfredo Haro, La Côte, 18.11.2016

1 commentaire à “La Poste : les villages se rebiffent !”


  1. 1 jean gerare 3 oct 2017 à 7:43

    bande d’enfoirer ça ce fait pas



Bad Behavior has blocked 402 access attempts in the last 7 days.