Assurances sociales : Rénover oui, mais dans quel but ?

Mercredi soir à la Radio romande, Alain Berset, interrogé sur son discours du 1er mai à Bienne, a déclaré que les assurances sociales , comme les maisons, ont besoin de rénovations périodiques. Voilà une déclaration qui démontre des talents de propriétaire vigilant. Encore faut-il savoir ce qu’on entend par « rénovation ». S’agit-il de transformer de grands appartements en surfaces plus petites afin d’assurer une meilleure rentabilité ? S’agit-il de suivre la mode ? Ou est-ce une allusion à des investissements destinés à garantir solidité, confort, qualité et bien-être des locataires  ?Nos assurances sociales se portent très bien. Les assureurs maladie comptabilisent 5 milliards de réserves alors que la loi en exige 2,6. L’AVS annonce 2 milliards d’excédent en 2012 . Même l’AI affiche un bénéfice. Les caisses de pension aussi, malgré la fragilité du 2ème pilier, annoncent un rendement moyen de 6,1 % l’an dernier. Remarquons au passage que les retraites dans notre pays correspondent à 6,1 % du PIB, alors qu’en Autriche, en Allemagne, au Pays-Bas ou au Danemark, il faut compter entre 15,1% et 12,1% .

Rénover dans le sens des besoins de la population
Alors rénover tout ça ? Oui, trois fois oui si cela doit permettre à ces assurances de ne pas seulement exhiber un abdomen dodu mais de correspondre aux besoins de la population. Quand donc les assurés qui ont payé deux milliards de primes en trop seront-ils remboursés ? Quand une surveillance réelle et efficace des caisses maladie permettra-t-elle d’intervenir pour faire baisser des primes exagérément hautes ? Aujourd’hui, l’OFAS n’a le droit que d’exiger des hausses. Le projet de surveillance barbote encore dans les méandres fédéraux. Quand respectera-t-on le principe de la Constitution – art. 112 al2 - qui dit que l’AVS doit « couvrir les besoins vitaux de manière appropriée »  ? Quand cessera-t-on de rendre l’AI anorexique au point que ce sont les communes et les cantons qui doivent sustenter les assurés ?

Rénover par l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes ?
Au moment où la droite du Parlement veut introduire un frein à l’endettement dans l’AVS et prédit avec Avenir suisse « un gouffre de 9 milliards » , Alain Berset propose ses propres « rénovations ». Il a annoncé en novembre dernier ses projets pour les retraites : une augmentation de l’âge de la retraite des femmes, un encouragement aux assurés à travailler plus longtemps, comme le recommande Ecomomiesuisse, sans se soucier de savoir si les entreprises sont prêtes à engager des « seniors » , ceux qu’elles mettent si volontiers en retaite anticipée. - Les caisses de chômage savent que, passé 59 ans, il faut compter deux ans et demi de chômage avant de retrouver un emploi, dans le meilleur des cas -. Le Conseiller fédéral évoque aussi une flexibilité des retraites, au risque de contrevenir au principe d’universalité des rentes AVS.
Les rénovations des retraites à la mode Berset sont dans l’air du temps, ventilées par Ecomomiesuisse ou par la Banque mondiale. Le Conseiller fédéral devrait pourtant savoir que tenter de suivre le vent n’est en somme qu’une ambition de feuille morte.

Christiane Jaquet, Gauchebdo n° 18, 3 mai 2013

0 commentaire à “Assurances sociales : Rénover oui, mais dans quel but ?”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 486 access attempts in the last 7 days.