Lausanne fait grimper ses tarifs pour améliorer ses finances

BUDGET 2013 • Dire adieu aux morts, parquer sa voiture, amarrer son bateau, nager, patiner: tout cela coûtera plus cher dès le 1er janvier.

La Municipalité de Lausanne n’a pas l’intention d’augmenter les impôts, mais elle se prépare à faire grimper plusieurs tarifs. Avec ses services, elle s’affaire sur les nouveaux textes qui devront entrer en vigueur en 2013.

Ces «adaptations d’émoluments et de tarifs» n’ont pas encore été officiellement approuvées. Mais elles font d’ores et déjà partie de la stratégie financière, présentée par la grande argentière Florence Germond il y a un mois.
Sous le feu des projecteurs, il y a la nouvelle taxe-poubelle que le parlement de la ville doit encore adopter (+ 4 millions de recettes attendues). Derrière les portes des bureaux, cependant, un long catalogue d’autres augmentations se concocte. Celles qui touchent les ménages rapporteront près de 2 millions. En voici les principales.

Ce cher défunt Mourir à Lausanne coûtera plus. C’en est fini de la gratuité de la crémation pour les Lausannois. Dès l’an prochain, la famille devra payer. Le Centre funéraire de Montoie, qui comprend l’unique crématoire du canton de Vaud, fera payer de «200 à 300 francs» la crémation d’un Lausannois décédé, évalue Marc Vuilleumier. Le prix de l’incinération d’un non-Lausannois – aujourd’hui 450 francs – augmentera aussi.
Actuellement, l’incinération est choisie dans 87% des cas. Entre 900 et 950 Lausannois décèdent chaque année. La fin de cette gratuité permettra à la ville d’encaisser des centaines de milliers de francs. C’est la principale modification que subira le tarif des inhumations et incinérations. Mais d’autres augmentations seront introduites pour parvenir à la cible de 546 000 francs, fixée par l’exécutif. L’application du nouveau tarif doit rapporter 33% de plus que l’actuel. Voilà qui comblera une partie du déficit du Centre funéraire de Montoie.

Les ronds du macaron C’est un grand classique dans l’art des finances publiques: les automobilistes lausannois passeront à la caisse. Le prix du macaron grimpera de 420 à 500 francs, soit une hausse de 19%. Gain prévu pour la ville: 400 000 francs. Mais ce n’est pas tout.
Le détenteur d’un macaron ne pourra plus se le faire rembourser s’il déménage de Lausanne pendant la durée de la validité (6 mois ou une année), ni même s’il déménage d’une zone macaron à l’autre. Et comme la capitale vaudoise est découpée en 14 zones macarons, le Lausannois économe aura plutôt intérêt à ne jamais déménager… Gain prévu pour la ville: 140 000 francs.
Vous avez dit «déménager»? Réserver une place de parc pour un déménagement – aujourd’hui 24 francs pour une journée au centre-ville – coûtera plus cher dès l’an prochain. Gain prévu: 56 000 francs. Ajoutez à tout cela la fin du tarif préférentiel pour le parking de Bellerive, et la facture globale pour les automobilistes lausannois dépassera 600 000 francs. Les locataires des places de parc de la ville paieront 120 000 francs de plus.

Plus de liquide Les tarifs des piscines et des patinoires seront eux aussi revus à la hausse, pour rapporter 158 000 francs de plus qu’aujourd’hui. Les piscines de Bellerive, Montchoisi et Mon-Repos, ainsi que les patinoires de la Pontaise et de Montchoisi se préparent à une hausse de 50 centimes sur chaque billet individuel. La dernière augmentation – de 50 centimes elle aussi – date de 2005. Responsable financier du Service des sports, Yves Robert souligne qu’il s’agit dans les deux cas d’une «adaptation au coût de la vie». Aujourd’hui, une entrée adulte dans une piscine ou une patinoire coûte de 5,50 à 7 francs.
Quant aux prix des abonnements, ils devraient grimper de 5 à 7%. Aujourd’hui, un abonnement annuel piscine coûte 250 francs pour un adulte (160 francs dans les patinoires). Sur ce point, Lausanne devra encore convaincre ses petites voisines – Prilly, Renens et Pully – avec lesquelles elles proposent des abonnements communs pour leurs piscines.

Bus et bibus Une autre petite augmentation – un «bibus», chose sans valeur, ajouterait la municipalité – touchera les familles de 7800 écoliers et étudiants. Pour avoir droit à un abonnement gratuit ou demi-prix de transports publics pour un enfant ou un jeune jusqu’à 20 ans, les frais de dossier augmenteront de 20 à 40 francs. Résultat: 156 000 francs d’économies.

Port dû Ceux qui préfèrent l’eau du lac à celle des piscines n’ont pas été oubliés. Les propriétaires de bateaux écoperont une augmentation d’environ 12%. Louer une place d’amarrage pour un bateau de taille normale, coûte actuellement de 375 à 790 francs par an. Sur les 1700 places, cela permettra d’encaisser 300 000 francs de plus. «Mais cela reste bon marché par rapport à d’autres ports du Léman», assure le timonier Marc Vuilleumier. I

Boire ou construire

D’autres augmentations touchent les entreprises, plutôt que les ménages. Deux exemples, avec les établissements de nuit et la construction. Les nuits lausannoises coûtent cher à la ville, mais elles lui rapporteront aussi un peu. D’abord, ce ne sont pas moins de 1,1 million de francs de revenus supplémentaires qui sont attendus de la restriction d’horaire des établissements de nuit. Aujourd’hui, ces derniers ne paient la prolongation que depuis 4 heures du matin. En faisant passer l’heure de police à 3 heures, la ville encaisserait davantage. Il y a ensuite la hausse de la taxe sur les débits de boissons alcooliques à l’emporter, qui doit rapporter 180 000 francs. Cette addition, présentée par la Police du commerce, bondit d’environ 75%.
Avec le monde de la construction, le Service de l’urbanisme pouvait rapporter plus. Et comment: près de 50% de revenus en plus (+ 400 000 francs) en élevant les frais pour les permis de construire, les panneaux d’enquête publique, la gestion des dossiers, etc. C’est aussi en hauteur (de tarifs) que Lausanne se construit. JC

Jérôme Cachin, Le Courrier

0 commentaire à “Lausanne fait grimper ses tarifs pour améliorer ses finances”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 701 access attempts in the last 7 days.