Début de la privatisation de l’hospitalisation en pays de Vaud ?

Des patients du CHUV soignés dans un hôtel

Dès 2015, le suivi médical de certains patients se fera dans un établissement géré par le privé. But: libérer des lits de soins aigus.
Il existe déjà une dizaine d’hôtels de ce type en Allemagne. La formule répond aux besoins des patients et leur offre, dans un environnement plus convivial, un suivi médical et infirmier centralisé, qui est, de surcroît, plus économique.

L’dée en soi est bonne: lorsqu’il n’a plus besoin d’occuper des lits de soins aigus, le patient est transféré sur un autre type d’établissement. Mais était-il nécessaire de céder cet hôtel à un privé ? Lui, il va vouloir faire du bénéfice, ce qui est logique pour une entreprise privée. Si l’Etat s’en occupait, il n’en aurait pas besoin… et les employés, auront-ils les mêmes salaires et conditions de travail que ceux du Chuv ?   Comité d’Acidus

Entrer au CHUV pour une opération, un traitement, un accouchement. Puis, au bout de quelques jours, s’installer dans un hôtel trois étoiles voisin de l’hôpital universitaire. Et cela tout en bénéficiant des soins médicaux nécessaires, pris en charge par l’assurance. Ce scénario n’a rien d’utopique et pourrait devenir réalité en 2015 déjà.

«Il concernera des patients qui n’ont plus besoin de soins aigus et qui, dans une chambre d’hôtel, se trouveront ainsi beaucoup mieux. Mais ils continueront d’être soignés par les médecins et le personnel infirmier du CHUV», affirme Oliver Peters. Le directeur administratif et financier du CHUV pilote le projet du futur hôtel pour patients de 90 à 100 lits, évoqué récemment dans la SonntagsZeitung.

Modèle allemand

L’hôtel sera exploité par une société privée basée à Zurich, Reliva Patientenhotel AG, dans un partenariat inédit avec l’établissement public universitaire. Ce dernier est le premier hôpital de Suisse à se lancer dans ce concept novateur, testé avec succès en Allemagne, notamment à Mannheim. «Nous avons été approchés par la société Reliva et nous nous sommes rendus à Mannheim. Nous avons été convaincus de la pertinence de la formule», affirme Oliver Peters.

Alors que le nouveau système de financement des hôpitaux (ndlr: DRG, forfaits hospitaliers) accentue la concurrence entre établissements, l’hôtel pour patients permet de substantielles économies (lire ci-contre). En effet, un lit en soins aigus est une solution coûteuse pour des patients qui ne restent à l’hôpital que pour de la surveillance et des soins infirmiers.

Mais pour Oliver Peters, faire des économies ne constitue pas l’objectif prioritaire. «L’atout principal d’un hôtel pour patients réside dans le fait qu’il permet de libérer des lits de soins aigus, tout en offrant aux patients en phase de traitement moins intense un environnement plus approprié et plus agréable. Nous estimons que nous gagnerons ainsi près de 60 lits en soins aigus ainsi libérés pour accueillir des patients qui, eux, en ont besoin.» Pour Dominique Freymond, membre du comité consultatif de Reliva, une telle structure constitue «le modèle de l’avenir». Le Vaudois, par ailleurs associé de MAS, une société de conseils, sert de lien entre les deux partenaires du projet.

Plus convivial

S’inspirant de l’Allemagne où existe une dizaine d’hôtels de ce genre, Christoph Glutz a fondé Reviva il y a tout juste deux ans. «Le système de financement DRG, introduit en Allemagne en 2003, a eu pour conséquence de raccourcir les séjours dans l’établissement de soins aigus, explique Christoph Glutz, administrateur-délégué de Reviva. Or les besoins des patients, eux, ne diminuent pas. L’hôtel y répond en offrant, dans un environnement plus convivial, un suivi médical et infirmier centralisé, de surcroît plus économique», affirme le Zurichois, qui a œuvré dans le domaine de la réadaptation et dans celui de l’hôtellerie.

«Parmi les différents modèles d’hôtels pour patients en Allemagne, celui de Mannheim, qui a d’ailleurs reçu un prix, nous a paru le plus performant», explique encore l’administrateur-délégué de Reviva. Il a été choisi comme modèle pour le projet du CHUV. Le fait que ce dernier dispose, dans son voisinage immédiat, des surfaces nécessaires à la construction de l’hôtel lui a permis d’avancer rapidement dans ce projet.

24 Heures, par Francine Brunschwig

0 commentaire à “Début de la privatisation de l'hospitalisation en pays de Vaud ?”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 204 access attempts in the last 7 days.