La suppression de l’aide à la presse

La suppression de l’aide à la presse fait du grabuge. Les journaux privés de l’aide à la presse veulent que La Poste fasse marche arrière. Avec l’aide des syndicats, ils ont envoyé mardi une lettre ouverte au directeur général Jürg Bucher, pour que La Poste accorde à tous les titres touchés une réintégration dans la liste des bénéficiaires.

Les titres concernés, à savoir notamment «Gauchebdo», «Le Confédéré», «Vigousse», «La Nation», «La Distinction», «L’Echo magazine», «L’Objectif», «L’Evénement syndical» ou la «Woz» estiment que les décisions prises par La Poste d’exclure certains titres de l’aide indirecte à la presse sont «inadmissibles». D’autant plus que la législation postale était en plein processus de révision, a communiqué hier «Gauchebdo».

Aujourd’hui encore, l’ordonnance d’application de la nouvelle loi sur la poste est seulement au stade de la rédaction et n’a pas encore fait l’objet d’une mise en consultation. C’est dire que la liberté prise par La Poste, ces derniers mois, de faire une nouvelle lecture des critères d’octroi pour exclure certaines publications est particulièrement malvenue, critiquent les journaux.

La Poste semble s’en être rendu compte, puisqu’elle a fait une première fois volte-face en accordant un sursis au «Courrier» de Genève, relève «Gauchebdo». Les signataires de la lettre ouverte exigent que La Poste, en toute logique, accorde le même sursis à tous les autres titres concernés, dans l’attente de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi et de l’ordonnance. AP

Le Courrier

0 commentaire à “La suppression de l’aide à la presse”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 3670 access attempts in the last 7 days.