Notre santé n’est pas une marchandise !

Contre la Hausse des primes d’assurance maladie !
⇒ 735′000 frs : Le salaire du patron de patron de SWICA pour l’année 2022.
⇒ 13′500′000′000 frs : les bénéfices de l’industriel pharmaceutique Roche de l’année 2022
⇒ 349′000 frs : ce qu’ont touché dernièrement 3 parlementaires fédéraux UDC, PLR et Le Centre des caisses maladies et du lobby pharmaceutique.

Depuis 20 ans, les primes d’assurance-maladie ne cessent d’augmenter (+ 159 %). Cette explosion des primes pèse toujours plus sur les ménages pour qui les fins de mois sont difficiles et l’accès aux soins n’est pas garanti. Aujourd’hui, plus d’une personne sur cinq renonce à des soins pour des raisons financières et met ainsi sa santé en danger !

POUR UN MORATOIRE SUR LA HAUSSE DES PRIMES !

Dans l’immédiat, le Conseil fédéral doit à tout prix enrayer l’explosion des prix qui étrangle les ménages. La nouvelle hausse annoncée de 8.7% des primes d’assurance maladie qui vient s’ajouter à l’élévation des prix des denrées alimentaires, des loyers et de l’énergie est tout simplement celle de trop. Nous demandons un moratoire immédiat sur la hausse des primes pour éviter des conséquences catastrophiques pour la population.

POUR UNE CAISSE UNIQUE ET PUBLIQUE !

Le système actuel est un échec total : le prix prohibitif des primes, un système de franchises et de participation hautement problématique, des transferts d’assuré-e-s de plus en plus en nombreux engendrant des milliards de pertes et le renoncement aux soins pour des raisons financières. Face à cette situation, il est nécessaire de changer de système. Ensemble à Gauche propose la création d’une caisse unique et publique, avec des primes proportionnelles au revenu, et financée par des cotisations paritaires sur le modèle de l’AVS. Les avantages liés à cette proposition sont nombreux : réduction des coûts liés à la concurrence, la fin des frais publicitaires et de lobbying, un plus grand contrôle démocratique et la participation des employeurs. Les salarié-e-s passent la majeure partie de leur vie au travail en y laissant, pour nombre d’entre elles et eux, leur santé. Il est à notre sens donc nécessaire et juste que les employeurs participent aussi à cet effort collectif. Par ailleurs, les primes doivent devenir proportionnelles au revenus pour que chancun-e paie en fonction de ses moyens et pour en finir avec une santé à deux vitesses.

POUR LA LEVÉE DES BREVETS SUR LES MÉDICAMENTS ET UN CONTRÔLE PUBLIC DES PRIX ET DE LA DISTRIBUTION !

Aujourd’hui, le système de privatisation de la recherche, pourtant massivement financée par les deniers publics, ne peut plus durer. Il génère une pénurie chronique sur un nombre toujours plus grand de médicaments, empêche les hôpitaux, les EMS, les médecins et les pharmacies d’accéder aux moyens de soigner les patient-e-s. Il faut d’urgence imposer la levée des brevets sur les médicaments et introduire un contrôle public de leurs prix et de leur distribution. La santé doit devenir un bien public !

POUR UN ÉLARGISSEMENT DE LA COUVERTURE !

L’assurance maladie actuelle pose également des problèmes en termes de prise en charge des soins. En effet, toute une série de soins élémentaires participant à la bonne santé générale de la population ne sont pas couverts : soins dentaires, lunettes, moyens de contraception. La refonte du système d’assurance maladie doit donc s’accompagner d’une extension de la couverture pour l’ensemble de ses soins, mais aussi d’une abolition des franchises.

Ensemble à Gauche : Décroissance alternatives, solidaritéS, Solidarité & Écologie, 27 septembre 2023

Communiqué de presse d’Ensemble à Gauche Vaud

0 commentaire à “Notre santé n'est pas une marchandise !”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 4243 access attempts in the last 7 days.