La Poste veut encore augmenter ses tarifs

Le géant jaune prévoit une nouvelle hausse des frais de port… alors que le secteur des lettres et des paquets affiche de coquets bénéfices. Dissimulation: en regroupant les comptes des lettres de moins de 50 g et des paquets dans son rapport annuel, La Poste masque la réalité des chiffres.

Il faudra bientôt payer davantage pour glisser une lettre dans la boîte: au début du printemps, le directeur de La Poste, Roberto Cirillo, n’a pas mâché ses mots en présentant le bilan de l’année 2022 à la presse. En résumé, l’acheminement du courrier postal ne pourra pas être assuré à long terme sans revoir, une fois encore, les prix à la hausse.

Au début de 2022, le prix des timbres était déjà passé de 1 fr. à 1.10 fr. pour le courrier A et de 0.85 fr. à 0.90 fr. pour le courrier B. La Poste avait, par ailleurs, augmenté massivement les tarifs pour les lettres vers l’étranger et introduit de nouvelles taxes pour les déclarations de douane notamment.

Un bénéfice de 285 millions de fr.

Une analyse approfondie des résultats du groupe laisse songeur: ces jérémiades ne reposent pas sur des bases solides. Preuve en est, le rapport financier de 2022 affiche un bénéfice net de 285 millions de fr. pour le seul secteur des lettres et des paquets.

La Poste annonce, certes, une baisse de 3,7% du volume de lettres distribuées, mais elle refuse de préciser le chiffre d’affaires et les bénéfices de ce secteur spécifique pour l’année écoulée. Or, comme les frais de port ont augmenté de 6% pour le courrier B et de 10% pour le courrier A par rapport à 2021, on peut en conclure que ces nouvelles recettes devraient largement compenser la baisse du volume des envois.

En 2010, le géant jaune a réussi à conserver le monopole sur l’acheminement des lettres de moins de 50 g. Cela lui permet d’engranger, année après année, des centaines de millions de francs de bénéfice. Depuis 2021, ce secteur a été regroupé avec celui des paquets dans le rapport annuel. Une manière très élégante de masquer la réalité des chiffres sur un domaine d’activité toujours rentable.

L’entreprise fait valoir qu’une augmentation sera nécessaire pour faire face à la diminution prévisible du volume de courrier. Le projet n’a toutefois pas encore reçu le feu vert du Surveillant des prix, Stefan Meierhans. Ce dernier n’a, pour l’instant, fait aucun commentaire à ce sujet et nous a indiqué qu’il examinerait «d’un œil critique» les propositions de La Poste.

PostFinance cartonne aussi

Le secteur financier du géant jaune termine également l’année 2022 avec d’excellents résultats. PostFinance affiche ainsi un bénéfice net de 190 millions de fr. et les fonds propres de l’institution ont encore augmenté. Depuis 2016, ils ont quasiment doublé pour frôler les 10 milliards de fr., dont une hausse de 966 millions de fr. seulement en 2022.

Les seules pertes à signaler se situent du côté des entreprises achetées récemment dans le secteur informatique. Elles fournissent des clouds de données ou des logiciels de sécurité pour entreprises: autant d’activités qui s’éloignent du cœur des activités de La Poste. En 2021 et 2022, l’institution a consacré plus de 320 millions de fr. pour acheter 23 sociétés. Elles ont accumulé des pertes de 72 millions de francs en 2022.

Christian Gurtner / chr

Emplois supprimés, filiales fermées

La Confédération suisse et, par ricochet, la population, sont les actionnaires principaux de La Poste. Ce «détail» n’empêche pas l’institution de réduire massivement ses prestations dans les activités relevant du service public. Quelque 416 filiales ont ainsi fermé leurs portes pendant les cinq dernières années et 2000 emplois sur 5400 ont été supprimés aux guichets. Et ce n’est pas tout: les heures d’ouverture de 37 filiales ont été revues à la baisse sur les 773 antennes encore en activité. Les guichets seront ouverts plus longtemps dans 13 agences seulement.

En Suisse romande, une quinzaine de filiales ont été touchées en 2022. Mais la population devra désormais se contenter d’un service à domicile dans les communes de Bossonnens, Faoug, L’Auberson, Massonnens, Prangins, St-Gingolph, Trélex, Thyon – Les Collons, Veyrier et Vich. A Montreux, les deux filiales de la localité ont été regroupées dans une seule succursale.

Bon à savoir n° 5, mai 2023, Christian Gurtner

0 commentaire à “La Poste veut encore augmenter ses tarifs”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 2707 access attempts in the last 7 days.