Les CFF ne veulent pas vendre

Les CFF ne veulent ni vendre les terrains ni se dessaisir de la réalisation des projets à Renens et Prilly.
Les députés vaudois ont apporté hier un soutien unanime à la résolution du PLR Marc-Olivier Buffat demandant au Conseil d’État d’intervenir auprès de la Confédération et des CFF afin que ces derniers renoncent à suspendre les projets immobiliers prévus à Renens et Prilly.


Si la présidente Nuria Gorrite s’est félicitée de l’appui apporté par le parlement, elle les a aussi avertis que les CFF n’avaient ni l’intention de vendre les terrains ni de se dessaisir de la réalisation des futurs travaux.

La décision annoncée fin janvier est «choquante, unilatérale», a déploré le président du PLR Vaud. Il a dénoncé «un très mauvais signal» donné à tous égards, qu’il s’agisse de lutte contre le réchauffement climatique, de politique économique anticyclique à l’heure de la hausse du chômage, pour ne citer que ces exemples. Il a appelé le gouvernement à intervenir de toutes les manières possibles afin que la suspension des projets soit levée.

De nombreux députés de tous les partis ont abondé dans son sens, notamment les «régionaux de l’étape», soit des élus des communes concernées ou avoisinantes. A leurs yeux, la décision est «inexplicable» vu le contexte et carrément «irrespectueuse» de la parole donnée envers la région, canton comme communes. «Un véritable coup de tonnerre.»

Financer la caisse de pension des employés

Dans sa réponse, la présidente du gouvernement a douché certains espoirs qui avaient été mis dans la possibilité de trouver d’autres solutions que les CFF pour mener à bien les projets. Les CFF ont répondu aux communes: ils ne sont pas vendeurs des terrains et ne confieront pas la réalisation des travaux à d’autres, a affirmé Nuria Gorrite. Elle a expliqué que ces investissements, qui rapportent 5%, doivent permettre à CFF Immobilier de financer la caisse de pension des employés et de donner 150 millions de francs par an au secteur infrastructure de l’ex-régie. «Un enjeu crucial.»

La conseillère d’État a indiqué que d’autres axes d’action étaient activés grâce aussi aux parlementaires vaudois à Berne qui déposeront au National et aux États des interventions. Il faut demander à la Confédération de surseoir à l’application stricte de la règle visant à limiter l’endettement des CFF.

A cause de la pandémie et de la baisse du nombre d’utilisateurs, l’époque n’est pas normale et il serait «absurde» de ne pas en tenir compte. Il faut en outre autoriser les CFF à emprunter sur les marchés classiques, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Le Courrier, 17 février 2021, Raphaël Besson

0 commentaire à “Les CFF ne veulent pas vendre”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 303 access attempts in the last 7 days.