Meilleurs salaires pour la logistique, les télécommunications et les médias

Des applaudissements depuis les balcons ne permettent de payer ni les loyers ni les primes maladie. Il faut aller de l’avant avec les salaires! Le coronavirus a bouleversé le monde du travail et la société. Les employé-e-s ont travaillé sous forte pression pour assurer la desserte de base.


Aussi dans la logistique, les télécommunications et les médias. Les employeurs doivent maintenant faire en sorte que les témoignages de sympathie soient suivis d’actes concrets. Il s’agit d’aller de l’avant avec les salaires. C’est pourquoi le syndicat syndicom a préparé un dossier contenant les revendications salariales de 2021.

L’engagement exceptionnel des employé-e-s pendant la crise pandémique n’a été honoré jusqu’à présent que par des applaudissements et des messages de sympathie dans la rue et sur les réseaux sociaux. Cette reconnaissance du grand public pour les métiers d’importance systémique est bien belle, mais elle ne suffit pas. Pour syndicom, il est exclu que les employé-e-s paient le prix de la crise. Dans de nombreuses branches de la desserte de base, de bas salaires d’embauche sont monnaie courante. Cette situation pèse négativement sur l’attractivité de ces professions. La rémunération est trop basse à maints endroits et une inégalité salariale persiste également entre les sexes. C’est pourquoi des progrès s’imposent aussi dans cette négociation salariale de 2021.

Sans logisticien-ne-s, pas de confinement

Dans la logistique aussi, des salaires tout juste suffisants pour en vivre demeurent largement répandus. Le salaire minimum de la Commission fédérale de la Poste (PostCom), fixé à 18,27 francs, est à la limite du seuil de survie. Par ailleurs, le travail est souvent caractérisé par de longes affectations et une charge physique. Les employé-e-s de ces branches exercent des fonctions essentielles. Ils méritent toutes et tous une augmentation de salaire pour leur effort exceptionnel pendant la crise. syndicom exige 100 francs de salaire en plus par mois pour les employé-e-s postaux.

Pas de réseau sans les employé-e-s TIC

Les employé-e-s des entreprises dans les branches TIC jouent un rôle important dans la crise du coronavirus: ils fournissent par exemple des services qui permettent à la population de télétravailler et de suivre des cours à distance, ainsi qu’aux entreprises de maintenir leur activité. Ces employé-e-s méritent une augmentation de salaire lors des prochaines négociations salariales. Pour la négociation de 2020/2021, syndicom exige donc une hausse salariale allant jusqu’à 0,8% pour l’ensemble du personnel.

Pas de flux d’information sans les professionnel-le-s des médias

Il faut enfin aller de l’avant avec les salaires des professionnel-le-s des médias, en particulier avec ceux des médias privés. Depuis quinze ans, les salaires des employé-e-s fixes stagnent et les honoraires des journalistes indépendants se sont même péjorés. Or en cette période de pandémie, la valeur du bon journalisme et des médias indépendants est à nouveau plus appréciée. Les salaires et les honoraires doivent dès lors suivre avec une augmentation générale de 2% et un programme de rattrapage pour les salaires des femmes et des jeunes dans les médias. Même dans le commerce du livre, qui connaît certes la compensation automatique du renchérissement sur les salaires minimaux, aucune augmentation collective des salaires réels n’a été accordée depuis treize ans. Dans le cas d’un salaire médian de 4’265 francs, les pertes salariales de 3% en moyenne subies cette année en raison du chômage partiel sont particulièrement dures. Malgré tout, les libraires se sont à nouveau vu refuser une augmentation des salaires réels pour 2021. Ils exigent l’instauration rapide de l’échelon supplémentaire de 4′400 francs par mois pour les employé-e-s en huitième année d’activité après la formation, telle que prévue dans les négociations CCT interrompues.

Renseignements

Stephanie Vonarburg, vice-présidente et responsable du secteur Médias de syndicom, stephanie.vonarburg@syndicom.ch

Matteo Antonini, responsable du secteur Logistique de syndicom, matteo.antonini@syndicom.ch

Daniel Hügli, secrétaire central du secteur TIC de syndicom, daniel.huegli@syndicom.ch

Lena Allenspach, porte-parole de syndicom, lena.allenspach@syndicom.ch

sndycom, 7 décembre 2020

0 commentaire à “Meilleurs salaires pour la logistique, les télécommunications et les médias”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 264 access attempts in the last 7 days.