L’eau, future valeur refuge

Jamais vous n’auriez pu imaginer qu’un produit aussi essentiel que l’eau pourrait venir à vous manquer, n’est-ce pas ? Et voilà que la pénurie pointe aussi le bout de son nez chez nous. L’or bleu est également un facteur de souveraineté et de pouvoir politique qui va prendre de plus en plus d’ampleur.


En résumé et au niveau géostratégique, le pays qui tient le haut tient le bas. Par exemple l’Éthiopie, qui a enfin les moyens financiers pour construire des bar-rages sur le Nil afin de garantir ses besoins en eau, va gravement péjorer en aval son voisin l’Égypte.

Notre planète est composée à 70 % d’eau, mais seulement 2,5 % de cette eau est douce. On trouve encore 800 millions de personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable et deux milliards qui ne bénéficient pas de système d’assainissement. L’eau polluée occasionne la mort de 2,6 millions de personnes par an. De nombreux efforts sont entrepris pour remédier à cette déplorable situation, mais les changements climatiques aggravent les choses et pourraient sous peu soumettre plus de quatre milliards d’individus à un stress hydraulique.L’eau ce n’est pas que le petit verre que l’on tire de temps en temps du robinet. Cet usage-là ne représente que 2 % de notre consommation ; 17 % sont employés pour l’industrie et 81 % pour l’agriculture. La production de nos denrées alimentaires est vorace en eau. Un café noir nécessite 140 litres d’eau et un kilo de bœuf 13500 litres. A ce rythme-là, il ne faut pas s’étonner que la consommation mondiale annuelle d’eau se monte à 4800 km3. On estime qu’en 2030 cette consommation devrait être de 6900 km3 car des pays comme l’Inde ou la Chine voudront avoir accès à des denrées alimentaires semblables aux nôtres.

Qu’adviendra-t-il si le réchauffe-ment climatique assèche encore davantage lacs et rivières ? Il est à craindre que l’on entre un jour ou l’autre en guerre pour s’assurer la mainmise sur ce bien indispensable. Le premier ennemi à abattre se des-sine derrière les multinationales qui privatisent et commercialisent l’eau, comme si c’étaient elles qui l’avaient créée.

André Draguignan** chef d’entreprise connu de la rédaction

Vigousse, 2 novembre 2018

0 commentaire à “L’eau, future valeur refuge”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 515 access attempts in the last 7 days.