L’eau est un droit, pas une marchandise !

Une eau propre est indispensable à la vie. Pourtant, c’est une ressource qui devient de plus en plus rare. MultiWatch et d’autres organisations ont attiré l’attention sur le sujet de l’eau en tant que droit humain lors du Forum contre l’accaparement de l’eau à Berne du 19 au 21 octobre.

L’observation d’entreprises suisses et de leurs violations des droits humains est à l’origine du Forum de l’eau. Dans de nombreux cas, l‘accès à l’eau potable est (en partie massivement) restreint, privant ainsi la population d’une ressource vitale. La soif, une mortalité élevée et surtout infantile, l’empoisonnement des humains comme des animaux, la détérioration de la biodiversité et la limitation de la productivité agricole en sont les conséquences désastreuses. Avec le Forum sur l’eau, MultiWatch souhaite col­laborer avec diverses autres organisations travaillant sur le thème de l’eau afin de sensibiliser un large public et d’apporter une contribution solidaire à la réalisation de la justice dans le domaine de l’eau à l’échelle mondiale.

L’eau est un droit…
Le 28 juillet 2010, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution historique reconnaissant l’accès à l’eau potable et à l’assainissement comme un droit fondamental. Selon les défenseurꞏseꞏs de cette démarche, l’eau
est synonyme de vie. L’immense besoin d’eau non satisfait des humains engendreraient les conditions d’une crise mondiale et inédite de l’eau. Les principales causes de ce manque sont les besoins croissants en eau de l’industrie, de l’agriculture et des pays aisés, le gaspillage des réserves épuisables d’eau de la planète, le changement climatique ainsi que l’avancée de la sécheresse. Les premières victimes de cette ignoble guerre de l’eau sont toujours les pauvres. Pour eux, la résolution adoptée constitue une avancée importante. Cependant, certainꞏeꞏs activistes ont regretté que l’Assemblée générale n’ait pas interdit le transfert des services de l’eau au secteur privé.

… et pas une marchandise !
De plus en plus d’investissements sont injectés dans des projets privés liés à l’eau. On assiste à une véritable course au profit à coups de privatisations croissantes et de partenariats public/privé autour d’une ressource qui se raréfie. Différents acteurs accélèrent cette tendance. Beaucoup de pays pauvres ont été obligés par la Banque mondiale de confier la gestion de l’eau à des entreprises privées, orientées vers la recherche du profit. En effet, ces pays sont confrontés à un choix : pour obtenir des aides financières destinées à l’amélioration de l’approvisionnement en eau, il faut faire appel à des fournisseurs privés, surtout européens. Un autre acteur est le Water Resources Group (WRG), un partenariat privé/public qui comprend, en plus de la Banque mondiale, toute une série d’entreprises dont Nestlé, Coca­Cola et Veolia. Le but du WRG est d’accroître le rôle du secteur privé dans l’approvisionnement en eau et dans l’assainissement ainsi que de promouvoir un climat politique favorable à davantage de solutions orientées marché dans la gestion des eaux.

Aides suisses au développement pour Nestlé
Le WRG promeut la commercialisation de l’approvisionnement de l’eau par la recherche financée par l’industrie et par des partenariats avec des organismes publics. La Direction de la coopération et du développement suisse (DDC) soutient le WRG avec des aides financières se chiffrant en millions d’euros et lui a offert une plateforme bien visible au Forum de l’eau de Brasilia. Pendant que le WRG et des groupes comme Nestlé se donnaient rendez­vous à ce forum, un large mouvement pour de la justice pour l’eau s’était créait lors du Forum alternatif de l’eau (FAMA 2018). Parallèlement au FAMA, des campagnes de protestation ont eu lieu, comme celle du Mouvement des sans Terre qui a occupé le siège de Nestlé Waters à São Lourenço, au Sud­Est du Brésil. Plus de 30 organisations présentes au FAMA ont adressé une lettre ouverte à la DDC dénonçant le soutien des partenariats privé/public. En plus du soutien au WRG, le programme de la DDC comporte également des acteurs du secteur privé. Ainsi, par exemple, la DDC collabore avec Nestlé dans un projet qui vise la réduction de la consommation d’eau au Vietnam. Il est difficile de savoir si Nestlé n’aurait pas effectué ces investissements sans cette aide et serait ainsi subventionnée par la DDC. Il est cependant clair que cela profite à Nestlé et que l’eau utilisée pour les plantations de café est retirée des circuits régionaux pour atterrir dans nos tasses de café sous la forme « d’eau virtuelle ». Le Vietnam est le deuxième exportateur mondial de café, et Nestlé un acheteur important.

Forum contre l’accaparement de l’eau à Berne
Le captage de l’eau pour le profit de grands groupes agroalimentaires n’est qu’un exemple de l’accaparement de l’eau. Le Forum contre l’accaparement de l’eau organise des ateliers sur les thèmes de l’agrobusiness, de l’exploitation des ressources naturelles (mines), de l’eau en bouteilles, de l’approvisionnement et des barrages et tente de trouver des solutions pour une gestion plus juste et plus durable de l’eau. Dans un contexte de privatisation de l’eau, l’approche « Blue Communities » fait contrepoids. Les Blue Communities considèrent l’eau comme un bien public. Elles veillent à une gestion durable de l’eau et luttent pour que l’approvisionnement et l’utilisation de l’eau restent dans le domaine du pouvoir public. Elles aident d’autres pays à mettre sur pied une distribution efficace et publique en eau potable et de gérer les ressources d’eau de manière durable. En plus, elles permettent un échange de connaissances et d’expérience sur le long terme avec des partenaires à l’intérieur du pays comme à l’étranger. Ce sont justement des partenariats public/public plutôt que privé/public qui permettraient de promouvoir une répartition plus juste de l’eau et de limiter la course au profit des grands groupes.

Article de Multiwatch - Traduit par Valentine Elleau – Coorditrad - Attactuell n°1

0 commentaire à “L’eau est un droit, pas une marchandise !”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 701 access attempts in the last 7 days.