Contexte du Libre-échange (TiSA, etc) 2018

Le monde est sans aucun doute dans un état de bouleversement. Ou devrions-nous plutôt reconnaître que, de nos jours, ce n’est plus un état temporel de l’être, mais plutôt que nous vivons dans une transformation permanente et dans une turbulence constante, résultat du développement technologique et d’une économie accélérée.


La vérité est que depuis le siècle dernier, l’histoire a subi des changements continus qui nous ont amenés dans leur déroulement de la situation actuelle: un scénario où le modèle capitaliste néolibéral est lui-même en danger, avec ses piliers fondamentaux oscillant tandis que l’économie demande nouveaux agendas de libéralisation pour cimenter le modèle. De toute évidence, nous sommes à la croisée des chemins, que ce soit par le néolibéralisme, ou par l’émergence d’un nouveau modèle issu d’une nouvelle puissance économique mondiale, ou bien en construisant ensemble une économie distincte et inclusive.

La transformation de la production
Depuis l’époque de l’usine d’Adam Smith, beaucoup de choses se sont passées au niveau de l’économie qui a alimenté la mutation du capitalisme. Nous avons assisté à trois révolutions industrielles, qui ont toutes entraîné des transformations dans la production et des changements tout aussi importants dans le travail. Le fait est que le travail actuel ne ressemble plus aux emplois d’autrefois et à l’emploi, et les entreprises ne sont pas comparables ou comparables. La globalisation et la fragmentation des chaînes de production, couplées à une ère de communication et de finance, ont posé les bases de la réalité émergente actuelle qui s’impose: un nouveau modèle de production qui présente des entreprises physiquement inexistantes comme son plus grand trophée.

Comment cela pourrait-il arriver?

Les grandes sociétés transnationales ont développé des modèles d’entreprise basés sur la finance, l’utilisation et la gestion des données, plutôt que sur la production de biens et de services pour l’économie.

La vraie affaire aujourd’hui est de gérer l’argent virtuel et les données stockées par les entreprises dans leurs serveurs, les vendre, les acheter, faire de la publicité segmentée, développer et alimenter des algorithmes et créer une intelligence artificielle pour fabriquer une gamme toujours plus large de nouveaux produits intelligents. est souvent appelé “l’internet des objets”. Une nouvelle réalité se dessine avec de grandes sociétés transnationales enregistrées dans des paradis fiscaux éloignés (ou moins éloignés), sans employés, encourageant les «entrepreneurs» à devenir leurs propres patrons, maîtres de leur propre vie, utilisant des portails et des commodités pour trouver un travail pour eux-mêmes dans l’économie mondiale. Ainsi, dans un nombre croissant de secteurs économiques, nous assistons maintenant à la fragmentation progressive de la chaîne de production jusqu’au travailleur individuel, qui a cessé depuis longtemps d’être employé dans une relation de dépendance avec un employeur. Le paradigme UBER s’est rapidement étendu à tous les secteurs de l’économie.

Dans ces circonstances, l’économie de ces dernières années pourrait être analysée sur une base régionale: Le Nord global en crise à la suite de la crise des prêts hypothécaires subprime aux États-Unis, atteignant tous les grands centres économiques à travers le système financier. Les faibles taux d’emploi en Europe, confrontés au terrorisme à l’intérieur de ses frontières et sans les marchés étrangersdevaient vendre ses produits. Pour le savoir, les États-Unis n’ont pas encore réussi à trouver le moyen de s’en sortir et l’insatisfaction à l’égard de l’économie a entraîné un tournant politique inattendu.

Évolution politique et agenda commercial
Les développements dans l’économie ont été le témoin d’événements corrélés au niveau politique, tels que le tournant le plus récent en Amérique latine du populisme et de l’économie keynésienne au néolibéralisme et aux gouvernements de droite. Et une Europe affaiblie après le Brexit et d’autres expressions politiques de l’opposition du gouvernement à l’Union européenne. Enfin, l’incapacité du gouvernement démocrate aux Etats-Unis à remettre son économie sur les rails de leurs promesses de libre-échange, a donné à Trump l’opportunité de mettre en place sa campagne politique pour un discours contre le libre-échange et pour gagner les élections. de nouveaux ennemis tels que la Chine, en plus d’autres prétendus ennemis historiques des États-Unis.

Qu’en est-il du commerce international?
En effet, les négociations commerciales ont été paralysées pendant un instant lorsque Trump a pris ses fonctions et ont jeté une brèche dans l’accord de Partenariat Trans-Pacifique. Mais les entreprises et cette nouvelle économie fondée sur les données ont besoin de nouvelles règles commerciales qui permettront d’homogénéiser davantage les nations souveraines, afin de tirer parti des avantages comparatifs et de réussir à imposer leur dumping social et leur course vers le bas. L’agenda du commerce électronique a continué à prendre de l’ampleur car il est la clé pour parvenir à une économie pleinement libéralisée et consolider une fois pour toutes le modèle néolibéral tel que le souhaitent les grands conglomérats d’entreprises.

La perplexité et l’offuscation qui ont suivi ont laissé une image «anti-libre-échange» de Trump qui s’est vite révélée fausse, alors que les négociations commerciales incluant TISA et TTIP sont restées en cours, ainsi que celles entourant les règles de l’OMC. Concernant ce dernier, lors de la précédente réunion ministérielle de l’OMC à Buenos Aires en décembre 2017, le gouvernement américain a clairement exprimé sa volonté de stimuler le commerce bilatéral ou régional plutôt que le commerce multilatéral, lorsque le négociateur américain a abandonné les négociations avant la fin de la réunion. Indication sans équivoque que les États-Unis ne veulent pas propulser des négociations multilatérales et renoncer à tout espace de pouvoir aux pays du Sud global en général, et plus particulièrement à la Chine.
La vérité est que la réalité économique a éclipsé les vœux des entreprises et que le TTIP n’a jamais été approuvé et que les mensonges sont maintenant enterrés dans l’histoire. Cependant, le TTP n’a pas connu le même sort et a été à nouveau ancré en mars 2018 à Santiago du Chili, cette fois sans les États-Unis.
Le modèle néolibéral qui sous-tend le tissu juridique des négociations sur le commerce international et la protection des investissements semble se cramponner à des pailles face à un mécontentement populaire généralisé et à une réalité économique qui l’emporte.

Quoi ensuite?
La Chine, le carrefour et au-delà
Que la Chine émerge comme la nouvelle superpuissance mondiale est un fait. Elle a surmonté la crise mondiale avec son marché domestique massif et est maintenantsur un rouleau en tant que favori. Mais à quoi ressemblerait un nouveau monde où la Chine dicte les règles du jeu? C’est difficile à dire. Ce que nous savons maintenant c’est que c’est capitaliste mais pas néolibéral. C’est le capitalisme, en effet, mais pas du genre auquel nous étions habitués. C’est un système capitaliste basé sur le marché avec une forte présence de l’État et des contrôles stricts sur les entreprises et les personnes. C’est dans ce contexte que de nouvelles règles commerciales concernant la réglementation intérieure, les entreprises d’État, les monopoles et le commerce électronique se développent. La Chine affirme que d’ici 2030, ils seront les leaders dans le développement de l’intelligence artificielle, et AliBaba est actuellement la société avec le plus grand chiffre d’affaires dans le monde, après avoir démoli Walmart qui avait tenu cette position pendant des décennies.

En termes d’accords commerciaux, la Chine promeut un Partenariat économique régional global (RCEP) en panne, un accord qui cherche à introniser la Chine en tant que principale puissance commerciale internationale en Asie. Même si des négociations sont en cours, cet accord ne semble pas aller dans le bon sens et il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.
Les règles commerciales, où qu’elles soient négociées, semblent être bloquées et égarées. Bien que la Chine prenne le dessus et qu’il y ait des chances qu’elle en tire profit, la situation suscite l’idée que le problème est, essentiellement, que les citoyens en ont marre et répètent à maintes reprises qu’ils ne veulent pas d’accords commerciaux entraver la souveraineté nationale. C’est probablement un moment propice pour nous de pousser et de plaider ensemble pour un nouveau modèle de commerce international qui tourne autour de l’inclusion comme le fil principal de la discussion, plutôt que des affaires commerciales.

Sofia Scasserra

0 commentaire à “Contexte du Libre-échange (TiSA, etc) 2018”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 411 access attempts in the last 7 days.