La Tchaux: HNE se délite

Dans quelques jours, à compter du 1er avril, les blocs opératoires de La Chaux-de-Fonds seront fermés les week-ends et jours fériés. Une farce amère pour les villes du Haut, qui voient dans cette décision du gouvernement neuchâtelois –qui plus est anticipée– le signe évident que le démantèlement du site chaux-de-fonnier se poursuit.Dès l’automne, les soins intensifs seront centralisés à Neuchâtel. Fin janvier, on s’en souvient, la rénovation de l’hôpital de la Chaux-de-Fonds était suspendue. La nouvelle répartition des missions hospitalières entre les deux grands établissements neuchâtelois, Pourtalès et La Chaux-de-Fonds, semble bien entravée. Et le rééquilibrage de ce que le ministre de la Santé, Laurent Kurth, qualifie aujourd’hui de planification irréaliste n’est pas terminé. Pendant ce temps, la colère gronde dans le haut du canton. Car ces décisions piétinent la volonté populaire exprimée en novembre 2013. Et les habitants des Montagnes attendent avec impatience des rééquilibrages en leur faveur alors que richesses et services de proximité semblent toutes prendre le chemin du Littoral. Les autorités et la direction d’HNE, elles, promettent de nouvelles études. Les frustrations sont programmées.

Il faut dire que la colère du Haut puise dans un riche terreau. A la suite de la votation de 2005 sur l’hôpital multisite, il n’avait pas obtenu la compensation promise pour le déménagement de la maternité à Neuchâtel. Et les Montagnons ont perdu d’autres services au profit du Littoral, comme la filière ingénierie de la Haute Ecole du Locle. C’est en 1995 que l’hôpital de la Chaux-de-Fonds devait être rénové. Pourtalès lui a brûlé la politesse, inauguré en 2005. Les millions de francs investis manquent aujourd’hui pour le site de la Chaux-de-Fonds. Le Haut craint que la suspension de cette rénovation n’ajoute encore à sa fragilité économique.

Pour l’heure, celle-ci est également très palpable sur le littoral: les options stratégiques prises par HNE ne reposaient pas sur un plan financier crédible, notamment en raison de capacités d’investissement déficientes. Fin janvier, le budget 2015 d’HNE était refusé par le Conseil d’Etat en raison d’un déficit jugé trop élevé. Quel projet servent aujourd’hui les mesures soutenues par le ministre de la Santé? La simple rationalisation d’un projet démesuré? Mais la cohésion territoriale du canton comme le respect de la volonté populaire exprimée n’ont-elles pas plus de prix, et d’avenir, que le respect de la logique marchande voulue par la Lamal?

Le Courrier, 29 mars 2015, Dominique Hartmann

0 commentaire à “La Tchaux: HNE se délite”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 424 access attempts in the last 7 days.