TPG: tarifs populaires et contrôle démocratique, BRAVO !

Contre l’avis du Grand Conseil, du Conseil d’Etat et malgré une hostilité médiatique certaine, 56% des votant·e·s ont plébiscité aujourd’hui l’initiative «Stop aux hausses des tarifs TPG». Une avancée démocratique et un pas vers des tarifs TPG abordables!

Meilleur contrôle démocratique
La principale avancée acquise aujourd’hui avec ce vote populaire est le renforcement du contrôle
démocratique sur les tarifs des Transports Publics Genevois. Les tarifs, désormais inscrits dans la loi, sont
aux mains des député-e-s et leur modification à la hausse peut être, le cas échéant, contestée par
référendum populaire.

Baisse des tarifs
Une majorité de la population a exprimé aujourd’hui la nécessité de voir ce service public essentiel revenir
à des tarifs abordables et populaires, afin d’améliorer pour toutes et tous l’attractivité des TPG.
En effet, alors que l’on souhaite encourager l’usage des transports publics, comment justifier que le prix
d’une heure de stationnement pour une voiture soit de Frs. 2.80 et le prix du billet TPG plein tarif 1h de Frs.
3.50 ?

Un financement public indispensable
L’initiative posait implicitement la question du financement de ce service public essentiel pour toutes et
tous, y compris d’ailleurs pour les automobilistes qui ne l’utilisent jamais et qui, sans TPG, seraient
complètement immobilisés par des embouteillages monstres.
Le message envoyé aujourd’hui est clair: les transports publics sont essentiels, et doivent être financés de
la manière la plus juste et équitable possible, à savoir par l’impôt, plutôt que par des tarifs prohibitifs avec
des contrôles répressifs «exhaustifs» à la sortie des véhicules avec force agents de sécurité comme c’est
le cas depuis un an ! Ce n’est pas notre vision du service public !
Le corollaire de cette nécessité de financement public est de renoncer à cette politique de cadeaux fiscaux
aux plus riches et aux grandes entreprises, dominante à Genève depuis des années.

Corriger les maladresses des initiants
Ce texte était certes imparfait et comportait notamment une erreur sur le tarif jeunes (la catégorie junior se
voyait réduite à 6-18 ans contre 6-25 ans auparavant). Cette maladresse, largement reconnue comme telle
par les initiants doit être impérativement corrigée au plus vite, avant l’entrée en vigueur du texte.
Il appartient donc au Grand Conseil genevois de se saisir au plus vite de cette question, afin de ne pas
porter préjudice aux 18-25 ans. Si la majorité actuelle du Grand Conseil devait s’y refuser, ils devront s’en
expliquer devant la population lors des élections cantonales de l’automne, et risquent alors de le payer
cher… justifiant d’autant plus le retour massif et déterminé d’une gauche combative unie au parlement!
Notre horizon reste la gratuité des TPG pour toutes et tous, nous pourrions donc proposer – pour
commencer – une gratuité pour la catégorie des jeunes jusqu’à 25 ans, une catégorie d’âge où l’on fait des
choix cruciaux en matière de mobilité.

Renégocier UNIRESO
Le changement de tarifs accepté aujourd’hui implique également une renégociation de la communauté
tarifaire UNIRESO. L’épouvantail agité par les opposants durant la campagne, promettant une explosion
d’UNIRESO et la nécessité de prendre plusieurs tickets (pour utiliser le réseau TPG, les CFF pour
l’aéroport/La Plaine, etc., les Mouettes Genevoises) est un leurre! Aucun des partenaires en présence n’y a
intérêt. La communauté UNIRESO doit prendre acte du vote de la population genevoise et une
renégociation, voire une nouvelle adaptation législative – le texte de l’IN 146 étant sur ce point également
incomplet – doit avoir lieu.

Un vote de défiance
Après la votation du 17 juin dernier sur la gouvernance des régies publiques, ce résultat est un nouveau
signal de défiance envers la politique menée par le Conseil d’Etat et la majorité du Grand Conseil et leur
vision de services publics subalternes, qui ne seraient là qu’en «complément du privé».
Ce vote rend d’ailleurs encore plus inacceptable l’exclusion manu militari du Conseil d’administration des
TPG et la procédure administrative surréaliste lancée contre le maire de Genève Rémy Pagani, qui a
toujours combattu au sein des TPG contre les hausses de tarifs et pour un réseau qui réponde aux
véritables besoins des usagers et des usagères!

Pour solidaritéS-GE:
Pierre VANEK
079 664 74 44
Thibault SCHNEEBERGER
079 781 42 36

0 commentaire à “TPG: tarifs populaires et contrôle démocratique, BRAVO !”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 3679 access attempts in the last 7 days.