Economiesuisse s’attaque au service public

Economiesuisse veut libéraliser la Poste, les trains et l’électricité !

«La Suisse a besoin d’une nouvelle politique d’infrastructures accordant davantage de place à la concurrence».
Les principales demandes d’economiesuisse pour la législature en cours concernent l’approvisionnement énergétique, les trafics routier et ferroviaire, l’aviation, la poste et les télécommunications.

En matière d’énergie, la priorité doit aller à un approvisionnement énergétique «sûr et compétitif». Economiesuisse veut «une ouverture du marché de l’électricité eurocompatible, l’accès au marché communautaire de l’énergie et des conditions-cadre favorables aux investissements».

Subvention croisée

Dans le trafic routier, «il convient de mettre un terme à la subvention croisée du rail par la route». On pourra ainsi disposer des moyens nécessaires pour la réalisation de projets routiers urgents, selon economiesuisse.

La fédération des entreprises exige aussi que la Confédération cède ses parts dans Swisscom, dont elle est actionnaire majoritaire. L’objectif est de réduire «les jeux d’influence politiques en lien avec un prestataire important».

Dans le trafic ferroviaire, «les projets doivent être sélectionnés sur la base de critères de rentabilité macroéconomiques». Economiesuisse estime qu’une «grande attention doit être portée à un financement solide respectant le frein à l’endettement».

Ouverture intégrale

S’agissant de la poste, la fédération des entreprises est favorable à une ouverture intégrale du marché d’ici à la fin de la législature. Les clients bénéficieront ainsi «de gains d’efficience».

Dans le secteur de l’aviation, economiesuisse estime qu’il faut éviter d’affaiblir la compétitivité «avec des dispositions nationales adoptées unilatéralement». Les aéroports devraient pouvoir se développer en fonction de la demande. (ats/Newsnet)

Le Matin

Economiesuisse veut libéraliser la poste, les CFF et l’électricité


La nouvelle politique d’infrastructures doit accorder plus de place “à la concurrence, à un financement durable, à l’initiative privée et à l’efficacité dans la desserte de base”, a indiqué lundi à Zurich economiesuisse lors de la présentation de son nouveau rapport sur les infrastructures.

Les usagers paient plus
La fédération des entreprises suisses est aussi d’avis que les prix des prestations doivent se fonder beaucoup plus sur les coûts effectifs. “A l’heure actuelle, la vérité des coûts fait défaut, en particulier dans le domaine des transports publics”.

Economiesuisse propose d’abord “d’accroître considérablement la participation des usagers au financement des coûts et de moduler le prix en fonction de l’heure”. Ensuite, il faudrait instaurer un système de tarification de la mobilité applicable à tous les modes de transports.

L’Hebdo

0 commentaire à “Economiesuisse s'attaque au service public”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 402 access attempts in the last 7 days.