Aux CFF, la fin d’une époque

Malgré la mobilisation de ses cuisinières, la direction des CFF a supprimé les wagons mobiles destinés au personnel de la voie. Les dernières cuisinières d’équipe se sont arrêtées fin 2020, après plus de cent ans d’activité. Une mobilisation syndicale avait permis de prolonger de dix ans la vie de ces wagons-réfectoires.

Une grande tristesse pour celles et ceux qui ont vécu cette belle aventure humaine.LA LARME À L’ŒIL. «Parmi nos anciens qui ont plus de quarante ans de boîte, il y en avait plusieurs qui avaient la larme à l’œil à Delémont quand ils sont venus en janvier charger le wagon-cuisine sur un camion pour l’envoyer à la ferraille», explique avec émotion Thierry Burnier, pilote de locomotive au team CVM (Conducteurs de véhicules à moteur) à Lausanne. «Depuis trente-trois ans aux CFF, j’ai toujours connu ça. On avait notre wagon-réfectoire, le wagon d’outillage qui lui était appendu. On était tous ensemble. C’est une époque qui fout le camp, une perte énorme.»
La profession était nomade, mais elle créait des liens, car la cuisinière avait «son wagon» et «son équipe», qu’elle suivait de chantier en chantier. «J’ai un souvenir merveilleux de ces vingt-huit ans que j’ai passés aux CFF. Ils venaient se confier. On a fait des rires! Ça leur faisait une heure au chaud. Avec un menu chaud. Maintenant, ils ont quoi?», s’emporte Violette Wicky, 76 ans, cuisinière d’équipe pendant vingt-huit ans jusqu’à fin 2006. La colère est encore forte devant cette fin brutale: «Il ne faut pas que j’y pense parce que ça va m’énerver! Ça me bouffe. Franchement, c’est dégueu-lasse. Inadmissible.» «On était vraiment une famille. On s’entendait super bien», confie Silvia Thomet qui a été cuisinière d’équipe du côté de Delémont. «Dire que certains pensent qu’une pomme et un Balisto, ça suffit pour la nuit…» À 53 ans, après trente ans de cuisine, les années ont manqué pour partir à la retraite. Elle a réussi en un temps record les examens de protectrice pour rester aux CFF.

RÉCHAUFFER CŒUR ET ESTOMAC. Le personnel de la voie travaille dur dehors, par tous les temps et toutes les températures. Une salle à manger chauffée, avec ses tables et ses chaises, décorée avec des rideaux aux fenêtres: c’était un peu comme rentrer à la maison. Et la bonne odeur d’un repas équilibré préparé par une cuisinière mobile qui se chargeait des commissions, de la cuisine, du service, de la vaisselle, des nettoyages et des comptes. C’est ce qu’il trouvait dans ces wagons-réfectoires si-tués sur les voies de garage pour réchauffer les cœurs et les estomacs. «Ce qui me marque le plus c’est l’ambiance familiale. De la camaraderie, de l’ambiance bon enfant en fin de compte», explique Isabelle Locher qui a été cuisinière d’équipe durant trente-cinq ans. Elle a pris une re-traite anticipée depuis le 1er décembre. «Au fil des ans, mon statut a changé, de copine à grande sœur, puis maman!»
Les cuisinières mobiles ont fait leur apparition lors de la Première Guerre mondiale, à une époque où les vivres étaient ration-nés. On en comptait encore 120 en 1985, puis 51 en 2007. Avec les programmes de restructuration, les voies de débord ont disparu, au nom de la rationalisation. Les hautes sphères des CFF ont pensé que des containers modernes déplacés… en camion, munis d’un micro-onde, suffi-raient. Les transformations du métier ont raccourci les pauses avec l’augmentation du volume de travail et des intervalles de plus en plus courts la nuit. Une nouvelle génération préférait le pique-nique tiré du sac plutôt que de payer les 10 francs de ces repas chauds avec soupe, boisson, dîner, dessert et café compris.

DEUX MOBILISATIONS. À deux reprises, les CFF ont voulu démanteler ces vieux wagons et leurs cuisinières. En 1998, celles-ci ont défilé devant la direction. En 2010, un millier de signatures ont demandé un moratoire de dix ans qui s’est traduit par un démantèlement progressif. Cette fois, la maman de Benedikt Weibel n’a pu empêcher la fin des cuisinières mobiles. L’ancien directeur des CFF relevait, dans la préface d’un livre de recettes des cuisinières CFF paru en 2005, qu’il avait écouté sa mère en 1998, elle-même ancienne cantinière de wagon. Il ne regrettait pas de les avoir maintenues parce «qu’elles font partie des CFF et sont importantes pour l’entreprise».
Une page de l’histoire se tourne, mais la question des repas sur la voie et du lien social aux CFF demeure. ◼

Services Publics, Yves Sancey . SEV-Contact
1 Article paru dans le journal du SEV, syndicat du personnel des transports, le 12 mars 2021.

0 commentaire à “Aux CFF, la fin d’une époque”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 402 access attempts in the last 7 days.