RHT: maintenir l’emploi ou les bénéfices?

Les réductions de l’horaire de travail ne sont pas attribuées à bien plaire, elles sont concédées dans le but de maintenir l’emploi.
Combien d’entreprises, à l’instar de XPO Logistics à Satigny (GE), ont-elles bénéficié du soutien de la caisse chômage avant de licencier leur personnel? Il aura fallu la ténacité d’une trentaine de travailleurs et de travailleuses de la multinationale étasunienne – en grève depuis une semaine – pour que la question se fasse jour.


Avec près de 200 000 entreprises sous perfusion et un déficit de l’assurance-chômage (AC) attendu en milliards de francs, le minimum serait d’exiger un peu de décence de la part des entreprises bénéficiaires. Faut-il rappeler que les employés, eux, n’ont pas eu d’autre choix que de perdre un cinquième de leur revenu sous RHT?

Jusqu’à présent, la réduction de l’horaire de travail (RHT), dont Le Courrier a aussi bénéficié, a constitué une réponse économique efficace à la crise sanitaire causée par le Covid-19. Mais la mise à contribution de l’AC implique que le patronat respecte l’esprit du dispositif: les RHT ne sont pas attribuées à bien plaire, elles sont concédées dans le but de maintenir l’emploi. Face aux rumeurs de prochaines restructurations massives et aux licenciements collectifs plus discrets tels que celui de XPO, les autorités cantonales seraient bien avisées de le rappeler haut et fort. Et si nécessaire de revoir les conditions d’octroi des aides publiques et leur encadrement par les offices cantonaux de chômage.

Quant aux forces politiques progressistes, elles ont avec l’affaire XPO un cas paradigmatique, idéal pour revendiquer un durcissement de la législation. Multinationale connue pour son aversion des syndicats, XPO Logistics refuse de négocier un plan social pour ses licenciés. Malgré les fonds publics engrangés et, surtout, malgré un bénéfice net européen l’an dernier de 126 millions d’euros (+36%).

Le géant de la sous-traitance des transports, qui lui-même externalise quand il le peut sa force de travail, est le type même de multinationales néfastes, tant pour les Etats que pour les travailleurs. Les pouvoirs publics n’ont absolument aucun intérêt à l’épargner.

Le Courrier, 5 juillet 2020, Benito Perez

0 commentaire à “RHT: maintenir l’emploi ou les bénéfices?”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 204 access attempts in the last 7 days.