C’est en France: élus et population unis contre la privatisation de La Poste!

Le démantèlement de La Poste comme service public est bien avancé, en France. Mais la résistance ne baisse pas les bras. Dans l’Aude, un département du Sud-Ouest de la France, les élus et les populations de plusieurs communes s’obstinent dans la défense du service public.

Pour obéir à l’Union européenne, le président Nicolas Sarkozy vient d’annoncer que le gouvernement allait transposer dans le droit français la troisième directive postale, un pas de plus dans la libéralisation du marché. Comme en Suisse, le service public postal d’origine français a déjà été découpé en tranches fines, réorganisé en holding; c’est plus facile ensuite à privatiser par étapes. Ainsi, cela transformerait le groupe La Poste, aujourd’hui doté du statut d’«exploitant autonome de droit public», en une société commerciale, une SA, au capital détenu par des actionnaires. L’argument des gestionnaires: la Poste française est «pénalisée» sur le plan de la concurrence, elle est «l’un des derniers opérateurs postaux européens à ne pas avoir été transformé en société par actions». En clair, La Poste SA va donner la priorité à la rentabilité des prestations plutôt qu’à la qualité des services aux usagers. Il faut bien les nourrir, ces actionnaires!

Mais voilà que le journal La Terre, un hebdomadaire de défense des agriculteurs, rapporte dans son édition du 10 au 16 février 2009, que les Audois persistent et signent. Les habitants et les élus de plusieurs communes se sont regroupés dans la Coordination départementale de défense de La Poste. Dans la commune de Camplong, tête de pont de la «croisade pour La Poste», les habitants sont allés au bureau de Poste pour y envoyer directement au président de la République un pli recommandé dans lequel il réclament son intervention pour que La Poste «abandonne ses projets de réduction des horaires d’ouverture et de transformation des bureaux de poste en agences communales ou en relais poste».

Mieux encore: le 23 janvier, les élus de la Coordination ont organisé un «conseil intermunicipal extraordinaire» devant la poste principale de Narbonne. Selon La Terre, «ils ont remis à la direction de La Poste quarante délibérations de conseils municipaux du département exigeant l’arrêt immédiat des fermetures de bureaux, le respect de la distribution six jours sur sept, le rétablissement du monopole public sur le courrier et l’abrogation des directives postales européennes».

Quel beau programme! Dont toutes les communes de Suisse pourraient s’inspirer, habitants et élus réunis. Quand est-ce qu’on s’y met?

Et toujours dans ce numéro de La Terre, on apprend que tout le canton de Quérigut, un tout petit village de l’Ariège (c’est aussi dans le Sud-Ouest), s’est mobilisé pour son bureau de poste, réunissant une manifestation de 200 personnes dans un village d’une centaine d’habitants! Depuis le 19 janvier, le bureau de poste de Quérigut est fermé le mercredi, n’a plus de receveur et n’ouvre plus que 22 heures par semaine… La Terre explique que ce changement «est vécu comme une humiliation par la population et les élus du canton, alors que celui-ci a déjà perdu sa perception, une école, la moitié de sa brigade de gendarmerie…»

0 commentaire à “C’est en France: élus et population unis contre la privatisation de La Poste!”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 402 access attempts in the last 7 days.