Pétition pour le maintien de La Poste à Saint-François

La Poste doit rester à Saint-François

Un projet de transformation du bâtiment fait craindre la disparition du bureau postal qui se trouve en plein cœur de Lausanne.
Le lancement de la pétition s’est accompagné d’une action d’accrochage de banderole sur la passerelle piétonne du Grand-Pont à Lausanne. petition_version_finale-32.pdf

Jeudi, à Lausanne, une pétition a été lancée pour le maintien du bureau de Poste de Saint-François. L’action a été organisée par le collectif «La Poste doit rester à Saint-Francois». Elle est soutenue par plusieurs organisations, syndicats (Syndicom, SSP, SUD) et partis politiques de gauche (MPS, PS, POP, Verts et Solidarités).

Les pétitionnaires craignent la disparition du bureau postal qui se trouve en plein cœur de Lausanne. Son accessibilité, en transports publics ou à pied, fait de cet office le plus important de la région, relaie le collectif. Il offre par ailleurs la panoplie complète des services. «Il n’y a pas meilleur endroit pour les personnes âgées ou handicapées que St-François», a relevé Urs Zuppinger, membre du Mouvement pour le socialisme, qui a découvert le pot aux roses.

Le collectif rappelle aussi que deux tiers des offices de postes locaux ont disparu au cours des vingt dernières années. «Comme l’a montré le cas récent de la Bourdonnette, même la transformation en agence postale intégrée dans un commerce ne garantit aucune continuité», note-t-il.

Projet de transformation

A la fin des années 1990, l’ancienne régie fédérale des postes, téléphones et télécommunications a été séparée en deux: avec Swisscom d’un côté et La Poste de l’autre. L’hôtel des Postes a été attribué à Swisscom, qui l’a vendu plus tard à la société immobilière zurichoise PSP Real Estate. La Poste est devenue ainsi locataire des lieux.

Le propriétaire prévoit un projet de transformation. Une mise à l’enquête pour un octroi de permis est en cours, selon le collectif. Le rez-de-chaussée serait remplacé par un «food market». Des discussions sont menées entre La Poste et la gérance, a confirmé La Poste. Cette dernière fait tout son possible pour rester dans le bâtiment actuel et garantit qu’elle conservera un point d’accès dans le quartier. Aucun licenciement pour le personnel concerné n’est prévu, affirme le géant jaune. Le bail actuel court jusqu’au 31 décembre 2023.

Lettre restée sans réponse

Le collectif dénonce l’opacité qu’entretient le propriétaire autour du bâtiment. «Nos partenaires se dérobent, ils ne cherchent pas la confrontation, ils n’ont pas envie d’un conflit ouvert», a relevé le conseiller communal socialiste Benoit Gaillard. Une lettre, adressée à la société immobilière, est restée sans réponse.

Les pétitionnaires veulent le maintien de l’office de poste sur son site actuel, ainsi que sa pérennisation en exigeant une intervention de la Ville de Lausanne. «Elle pourrait racheter l’immeuble par exemple», lance le popiste Julien Schwab.

Le syndic Grégoire Junod n’est pas contre cette option en soit. «Elle pourrait être étudiée mais l’immeuble n’est pas en vente. Nos moyens de pressions sont malheureusement limités», répond-il. La Ville a écrit au propriétaire pour signifier son souhait de garder le bureau postal dans son bâtiment historique.

Le lancement de la pétition s’est accompagné d’une action d’accrochage de banderole sur la passerelle piétonne du Grand-Pont. «La Poste doit rester à Saint-François», pouvait-on lire sur l’étendard de la couleur du géant jaune. Une action qui a interpellé les passant·es.

Le Courrier, 1 décembre 2022, Selver Kabacalman

Pétition à télécharger

Pour signer la version électronique, hébergée par Syndicom:

La Poste doit rester à Saint-François

0 commentaire à “ Pétition pour le maintien de La Poste à Saint-François”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 805 access attempts in the last 7 days.