RUAG quitte Belp et supprime des emplois

En difficultés financières, l’équipementier en armement et sous-traitant aéronautique est contraint de dégraisser. RUAG ferme son site à l’aéroport de Berne-Belp et supprime 13 postes de travail

entre Thoune, Berne et Zurich-Seebach. Vingt-deux collaborateurs sont concernés par la fermeture du site de Belp, mais ceux-ci se verront proposer d’autres postes au sein de l’entreprise, a expliqué lundi RUAG dans un communiqué.

Pour justifier son départ de l’aéroport bernois, le groupe en main de la Confédération a avancé «une rentabilité insuffisante» et «un manque de perspectives concernant de nouvelles affaires.» Pour ne rien arranger, plusieurs contrats de maintenance n’ont pas été renouvelés.

Contrairement à la filiale Aviation, des licenciements sont inévitables au sein de la division Defense. Treize postes doivent être supprimés d’ici la fin de l’année dans les départements affaires et services, avec pour objectif «de réduire les frais généraux», a relevé RUAG.

Les employés concernés ont déjà été prévenus et des entretiens personnels sont programmés pour les prochains jours.

Bénéfice en chute libre

Dans un communiqué, Employés Suisse a exigé que des mesures «adaptées» soient prises pour les personnes licenciées. L’organisation a notamment demandé à RUAG de soutenir ses collaborateurs pour la recherche d’un nouvel emploi, ainsi qu’en matière de formation continue.

Pour mémoire, RUAG a vu sa rentabilité chuter en 2017, avec un bénéfice en baisse de 22,8% à 89 millions de francs. Et en septembre dernier, le groupe avait déjà dû réduire ses effectifs, lorsqu’il avait annoncé 39 licenciements à Thoune, Berne et Zurich.

(ats)

0 commentaire à “RUAG quitte Belp et supprime des emplois”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 373 access attempts in the last 7 days.