La BNS ne cherche pas à faire des bénéfices

Les bénéfices record de la Banque Nationale Suisse suscitent des convoitises. La BNS doit « agir dans l’intérêt général du pays sans que la recherche du rendement ne soit sa priorité principale », a déclaré lors de l’assemblée générale Jean Studer, président du Conseil de banque.

Le bénéfice de 54 milliards de francs de l’an dernier « a suscité des convoitises », a expliqué jean Studer vendredi dernier à Berne. Mais sa redistribution est régie par la loi et l’institut « doit garder sa capacité d’action » pour mener à bien sa mission de politique monétaire.

Lors de l’assemblée, un actionnaire s’est aussi pris à la stratégie de placement de la BNS. Il lui reproche de ne pas avoir de politique climatique et de contribuer par ses investissements au réchauffement climatique.
Thomas Jordan, président de la direction, luis a répondu que la BNS a exclu de ses placements les entreprises qui polluent et nuisent gravement à l’environnement. « On ne peut toutefois pas exclure des secteurs entièrement, ce qui serait mauvais pour notre politique monétaire. » Dans son discours Thomas Jordan a rappelé qu’au vu du contexte toujours fragile, l’institut d’émission va poursuivre sa politique expansionniste.

Par ailleurs, des actionnaires de la banque ont critiqué le réviseur de la banque, le même de Carpostal. Tous les objets ont été acceptés à des scores dépassant les 90 % des voix.

(ATS/PV) - 24 Heures du 28 avril 2018

0 commentaire à “La BNS ne cherche pas à faire des bénéfices”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 411 access attempts in the last 7 days.