Lausanne se fâche contre la fermeture de ses postes

L’office de Sévelin, sauvée en 2003, pourrait fermer et devrait être intégré à la Migros voisine. Les autorités s’engagent à combattre chaque annonce.(Image: Philippe Maeder)
À chaque jour sa lutte contre la politique de fermeture des offices de poste. Lausanne n’y coupe pas et annonce s’opposer «à toute fermeture ou transformation d’offices postaux».

Elle l’a fait savoir dans le cadre d’une réponse au socialiste Arnaud Bouverat. En juin dernier, le député, qui était alors encore conseiller communal lausannois, s’était inquiété des annonces faites concernant les offices de la ville. Il avait, via une résolution largement soutenue par les partis, demandé aux autorités de prendre «toutes les mesures utiles pour maintenir le réseau actuel des offices de poste lausannois».

La Ville s’est exécutée et a lancé un premier assaut le 22 août 2017, en rencontrant La Poste pour manifester son opposition. Elle s’est de nouveau fâchée le 5 décembre lorsque le géant jaune a annoncé vouloir renoncer aux guichets de Sévelin en les intégrant à la Migros voisine. En 2003, ce même office avait déjà été menacé de fermeture, avant qu’une lutte syndicale ne parvienne à le sauver.

L’argumentaire avancé par les autorités sonne comme un classique. Fermer un office de quartier, c’est l’affaiblissement du service public, disent-elles. C’est aussi une perte de proximité pour des populations concernées souvent déjà fragilisées. Mais c’est aussi sur les conditions de travail des employés que portent les inquiétudes lausannoises. Remplacer des professionnels de La Poste revient à nier leurs compétences propres. Et à ajouter de nouvelles tâches pour les travailleurs de Migros.

Les autorités soulignent aussi que l’ex-régie fédérale «méconnaît complètement les perspectives de développement de la ville, en particulier des quartiers qui accueilleront plusieurs milliers d’habitants supplémentaires au cours des prochaines années». Sévelin pourrait en être un bon exemple.

Il s’agit désormais d’attendre la réponse que fera La Poste. Mais la Municipalité l’admet: «La marge de négociation des autorités communales est ténue, et les chances de succès global de sauvetage de l’ensemble des offices vraisemblablement limitées.» Rien que pour la commune de Lausanne, les bureaux concernés sont: Bellevaux, Pontaise, CHUV, Tribunal-Fédéral, Sévelin, Bourdonnette, Vers-chez-les-Blanc et Saint-Paul. Et huit autres sont déclarés assurés jusqu’en 2020. Aucun pari n’est pris au-delà de cette date. (24 heures)

24 Heures, 18.02.2018

0 commentaire à “Lausanne se fâche contre la fermeture de ses postes”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 392 access attempts in the last 7 days.