Service public : Cinq mille signatures pour sauver deux postes

La pétition vise à préserver les offices de Chernex et de Montreux 2. Forts de leur collecte, les auteurs veulent rencontrer la direction de La Poste. Le cinq mille signatures ont été envoyées jeudi de Chernex à la direction de La Poste.

Lancée il y a un mois par le Parti socialiste de Montreux, la pétition pour empêcher la fermeture des deux offices de poste de Chernex et de Montreux 2 a permis de récolter 5000 signatures, alors que 1000 étaient espérées initialement. «C’est un soutien populaire inattendu», se réjouit Romain Pilloud, vice-président. Aux yeux du comité pétitionnaire, cette collecte démontre l’importance de La Poste pour l’entier de la population. Et de la force contestataire contre la fermeture d’offices postaux ou la mise en place de solutions de remplacement. Dont, par exemple, le service à domicile instauré à Chailly ou à Caux et l’agence postale installée à la gare de Glion.

«Nous avons été très touchés, lors des récoltes dans toute la commune, de l’engagement des habitants, des jeunes, des personnes âgées ainsi que des PME de quartier ou de village, qui ont permis ensemble de faire aboutir cet engagement», poursuit Irina Gote, présidente du PS montreusien. Les pétitionnaires ont envoyé jeudi les 5000 paraphes à la direction de La Poste, qu’ils veulent rencontrer. En espérant bien infléchir sa décision, comme la Commune genevoise de Vernier, par exemple, y est parvenue récemment. «Notre action marquée par un fort élan populaire s’inscrit en outre dans une actualité brûlante à travers l’affaire Car Postal et la décision des Chambres fédérales de modifier la loi sur La Poste dans un proche avenir», rappelle Romain Pilloud. Et ce dernier relève que La Poste a également précisé dans la presse alémanique que les décisions de fermeture contestées ne devraient plus être imposées aux communes.

Sur la Riviera, les postes de Saint-Légier, de Corsier, de Jongny et de Chardonne doivent aussi être fermées à l’horizon 2020, ainsi que celle de Clarens à moyen terme. Au total, La Poste veut supprimer plus de 600 bureaux sur tout le territoire national dans les quatre ans à venir. Une hémorragie. que les pétitionnaires montreusiens entendent stopper: «Nos interventions au Conseil communal n’ont pas suffi à faire pencher la balance pour conserver la poste de Chailly. Mais les citoyens peuvent agir pour stopper cette tendance. Il s’agit de maintenir un service public, qui, à notre sens, ne doit pas obligatoirement être rentable.»

24 Heures, Claude Béda, Jeudi 15 Février 2018

0 commentaire à “Service public : Cinq mille signatures pour sauver deux postes”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 371 access attempts in the last 7 days.