Les députés genevois protègent les subsides

“Sans cette économie, l’État paiera 20 millions de plus en subsides au lieu de 15 l’an prochain”. Mauro Poggia. Le Conseil d’État entendait supprimer une aide de 30 francs pour le paiement des primes. Le Grand Conseil lui retire sa prérogative.

Lors de la présentation de son projet de budget en septembre dernier, le Conseil d’État avait proposé une mesure d’économie qui avait provoqué la colère d’une partie du parlement: la suppression d’une tranche des subsides à l’assurance-maladie pour une partie de la population aux revenus modestes. Jeudi soir, le Grand Conseil genevois a voté, par 57 voix (Eàg, PS, verts, MCG, UDC) contre 37 abstentions (PLR, PDC), un projet de loi de la députée d’Ensemble à gauche Jocelyne Haller visant à préserver ce subside.

L’aide dont il est question, d’un montant de 30 francs, est actuellement octroyée chaque mois à certains ménages du canton, comme des personnes seules dont le revenu déterminant se situe entre 29 000 et 38 000 francs ou des couples sans enfant dont les gains se situent entre 47 000 et 69 000 francs. En la supprimant, le Conseil d’Etat compte sur une économie de 5,9 millions. Alors que les subsides sont inscrits dans un règlement, il a la possibilité de modifier leur montant ou de les couper sans obtenir l’aval des députés. Le projet de loi soumis ce jeudi aux élus retire cette prérogative au gouvernement en inscrivant tous les subsides dans la loi.

Au détriment des plus pauvres

Pour Ensemble à gauche, «cette coupe de plus de 5 millions de francs au détriment des personnes les plus pauvres est choquante». Jocelyne Haller ajoute: «La somme de 30 francs peut paraître dérisoire pour les personnes qui ont les moyens. Mais quand on vit avec pas grand-chose, c’est déjà beaucoup.» Le PS qualifie la mesure de «provocation», alors que les primes d’assurance-maladie augmenteront de 5,4% en 2018. Le MCG annonce qu’il est favorable au projet, à défaut de pouvoir changer dans l’immédiat «un système qui ruine les assurés de tout le pays», déclare le député François Baertschi.

De leur côté, le PLR et le PDC demandent que le texte soit étudié en commission plutôt que d’être voté sur le siège. «Certaines personnes reçoivent ce subside alors qu’elles n’en ont pas réellement besoin, estime Patrick Saudan, du PLR. Ce système a besoin d’être affiné.»

Le conseiller d’État chargé de la santé, Mauro Poggia, relève qu’il a dû prendre ses responsabilités. «Cette mesure d’économie ne touche pas les personnes les plus pauvres du canton, corrige-t-il. L’Etat paiera 15 millions de francs en plus pour les subsides l’année prochaine, à cause de la hausse des primes. Sans cette économie, ce sera 20 millions.»

Un soutien aux employés d’ABB

Jeudi soir, les députés ont également adopté une motion déposée par les groupes d’Ensemble à gauche et du Parti socialiste, soutenant la lutte des employés d’ABB Sécheron pour le maintien des emplois sur ce site industriel. Un plan de délocalisation menace directement cent cinquante postes. Le Grand Conseil a largement voté ce texte par 72 «oui», contre 9 «non» et 13 abstentions issus des rangs du PLR. La motion invite le Conseil d’Etat à tout mettre en œuvre pour faire pression sur la direction du groupe zurichois, afin d’appuyer les revendications du personnel d’ABB. Le gouvernement devra également rendre un rapport, dans les six mois, sur l’histoire et l’évolution du secteur industriel genevois.

Le Courrier, 24 novembre 2017, Eric Lecoultre

0 commentaire à “Les députés genevois protègent les subsides”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 373 access attempts in the last 7 days.