10′311 signatures pour sauver les offices de poste

Service public : Le POP et le comité Touche pas à ma Poste ont déposé au Grand conseil une pétition qui a fait le plein de signatures.

La pétition lancée en mars par le POP vaudois contre le démantèlement du réseau postal a fait mouche: c’est munie de 10′311 signatures qu’elle a été déposée mardi 24 septembre au Grand Conseil.

Le comité «Touche pas à ma Poste» comprend aussi le syndicat Syndicom et ACIDUS (Association citoyenne pour la défense des usagers du service public). Il s’est formé au début de l’année en réaction à de sombres prévisions syndicales, laissant entendre que cent offices postaux vaudois étaient menacés de fermeture d’ici 2020 par la direction de la Poste. Et que seule la moitié échapperait au couperet.

Le 7 juin dernier, le Géant jaune livrait des chiffres corroborant largement cet augure: 49 offices sont dans le collimateur. Il ne resterait alors dans le Canton de Vaud que 78 offices de poste, contre 351 en 2001. A l’échelle nationale, la mue du réseau postal implique l’augmentation globale de points d’accès aux services via l’ouverture d’agences postales dans des supérettes, notamment. Lesquelles, dénoncent les pétitionnaires, ne permettent de loin pas d’effectuer toutes les opérations possibles dans un office de poste.

«Il y a eu un engouement sur le terrain pour signer notre pétition, rapporte le secrétaire général du POP Vaud Christophe Grand. La population ne comprend pas ce démantèlement, les licenciements qui vont immanquablement y être associés, tout cela alors que la directrice touche un gros salaire (ndlr: près d’un million de francs en 2015). Dans les régions périphériques, il y a un attachement à un service public de proximité qui participe à la vie du village.»

La pétition vise à mettre la pression sur le Conseil d’État, même si sa marge de manœuvre est étroite. Le Gouvernement a d’ores et déjà annoncé qu’il ne cautionnait pas le plan de la Poste, et soutiendrait les Communes refusant de voir leur office fermé. Mais en tant que tel, le Canton n’est pas partie à la procédure officielle, à savoir la saisine de l’organe de surveillance PostCom.

Pour contrer la stratégie de la Poste, il ne reste guère plus qu’à espérer un sursaut du Parlement fédéral et de ses élus de droite notamment, commente Christophe Grand. «Certains évoquent aussi une initiative populaire.» En attendant, le comité «Touche pas à ma Poste» réfléchit à des actions-choyycs pour continuer le combat.

Vincent Maendly, 24 Heures, 23.10.2017

Gauchebdo

Radio Chablais

Lausanne FM

Corriere del Ticino

0 commentaire à “10'311 signatures pour sauver les offices de poste”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 402 access attempts in the last 7 days.