La Poste investit massivement en Irlande dans l’e-commerce

Susanne Ruoff contrôle la moitié du capital d’eShopWorld, un «Alibaba celte» qui devrait franchir la barre du milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020.
Si le courrier électronique pénalise La Poste, cette dernière entend pleinement profiter de l’expansion du commerce électronique.

Les espoirs de croissance placés par Susanne Ruoff, directrice générale de La Poste, dans l’e-commerce se trouvent à quelques kilomètres au nord de Dublin et se nomment eShopWorld.

C’est une sorte d’Amazon irlandais, un «Alibaba de la république celte». Ce groupe met en place des solutions destinées à la distribution en ligne, pour créer un Web-Shop, convertir les monnaies, gérer le dédouanement, l’envoi de marchandises et le traitement des retours. Les marques telles que Nike, Ray Ban, Victoria’s Secret, Abercrombie & Fitch et Hollister font partie des clients d’eShopWorld.

La Poste détient une participation minoritaire dans l’Alibaba celte depuis quatre ans. Le groupe bernois a accru son investissement dans le plus grand secret, sans publier de communiqué, et détient dorénavant la moitié du capital, ainsi que le confirme un porte-parole.

Un investissement rentable

L’engagement irlandais est déjà rentable. EShopWorld surfe sur la tendance du commerce électronique. Quand La Poste est entrée dans son capital, le chiffre d’affaires était inférieur à 10 millions d’euros. En 2016, il s’est élevé à 210 millions d’euros, selon Tommy Kelly, directeur général. En 2017, il devrait bondir à 300 millions d’euros. Et en 2020 il devrait dépasser 1 milliard d’euros.

Pour La Poste, ce n’est pas de la mégalomanie. Tommy Kelly profite d’une tendance solidement installée en faveur de la consommation en ligne. L’essentiel du marché se situe au sein d’une zone douanière ou d’un pays, mais de plus en plus de produits sont distribués dans d’autres pays. Le consommateur suisse achète de plus en plus volontiers aux États-Unis et en Chine, l’Australien au Japon et en Corée.

Réduire les obstacles du commerce transfrontalier

Le distributeur irlandais s’est précisément spécialisé dans la gestion du commerce transfrontalier et d’y réduire les obstacles. Sur commande d’un client, le groupe de Dublin crée un magasin en ligne qui répond exactement au profil du client et à son pays, que cela soit en établissant le prix de vente en francs suisses ou en réglant les problèmes douaniers. Selon la société, eShopWorld s’occupe de 20 000 paquets par jour. En grande partie pour des transactions entre les Etats-Unis et l’Europe, mais de plus en plus également avec l’Asie. Eshop a d’ailleurs ouvert une filiale à Singapour il y a un an.

La Poste n’a pas l’intention de s’immiscer dans les affaires opérationnelles, assure la Confédération. La société irlandaise ne peut toutefois pas agir en autonomie totale. Ulrich Hurni, adjoint de Susanne Ruoff et directeur de la division Postmail, est également responsable d’Asendia, la filiale qui s’occupe de l’investissement en Irlande. A Berne, on assure que eShopWorld influencera positivement le résultat de La Poste.

(Traduction et adaptation Emmanuel Garessus)

Le Temps, October 9, 2017

0 commentaire à “La Poste investit massivement en Irlande dans l’e-commerce”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 402 access attempts in the last 7 days.