Les Verts contre la RIE III, le TTIP et le TISA

Si besoin, le parti poussera des référendums pour combattre les accords de libre-échange et le texte sur l’imposition des entreprises.
Les Verts vont utiliser «tous les moyens possibles» afin de combattre l’accord de libre-échange transatlantique (TTIP) et l’Accord sur le commerce des services (TISA). Le parti compte lancer un référendum si une votation obligatoire ne devait pas avoir lieu.

Les Verts ont réaffirmé leur intention de stopper les négociations sur les deux traités internationaux de libre-échange TTIP et TISA ou, en cas d’échec, de les soumettre aux urnes, a indiqué le parti samedi dans un communiqué après la réunion du comité.

Dans de nombreuses villes, comme Genève, Zurich, Bâle, Berne ou Bienne, les Verts ont déposé ou participé au dépôt d’interventions afin que les communes se déclarent «zone hors TISA». D’autres suivront, annoncent les écologistes.

Référendum

En libéralisant les services, TISA provoquerait une vague de privatisations irréversibles et saperait les bases de la démocratie, estime le parti. Il initiera un référendum, si le Parlement accepte en automne de retourner à une fiscalisation «light» des réserves agricoles de terrains à bâtir. Celle-ci occasionnerait une perte de 400 millions de francs pour les finances publiques, argumentent les Verts.

En outre, le parti participera au lancement du référendum contre la réforme sur l’imposition des entreprises (RIE III), dont l’objectif initial était d’abolir les privilèges fiscaux des multinationales, notamment financières. Pour les écologistes, la RIE III est dévoyée et causera des pertes fiscales massives au détriment des services publics et de la population. (ats/nxp)

24 Heures

0 commentaire à “Les Verts contre la RIE III, le TTIP et le TISA”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 486 access attempts in the last 7 days.