L’initiative «En faveur du service public» manque sa cible

COMMUNIQUÉ SEV, SYNDICOM, SSP

Les grands syndicats du secteur public, le SEV, syndicom et le SSP, exigent un service public fort et bien structuré mais trouvent l’initiative «Pro services publics» des magazines de consommateurs inappropriée.

Les syndicats SEV, syndicom et SSP représentent ensemble plus de 100′000 employé-e-s et retraité-e-s du secteur public en Suisse. Ils sont donc la voix forte du personnel dans ces branches. Les trois syndicats s’engagent assidûment pour le maintien et l’extension du service public. L’intitulé de l’initiative populaire «En faveur du service public» donne l’impression de soutenir les mêmes revendications mais le texte propose des mesures qui vont dans la mauvaise direction.
En raison de programmes d’austérité massifs au niveau fédéral, cantonal et communal, le service public est sous pression. Les conséquences sont la suppression de postes de travail, des externalisations et des privatisations de secteurs entiers ce qui entraîne la détérioration et le renchérissement des prestations de base de la population. L’initiative ne tient pas compte de cette problématique car elle s’oppose exclusivement à quelques abus connus et populaires des chemins de fer, de la Poste et des télécommunications. Les syndicaux eux aussi luttent contre le démantèlement des prestations des entreprises publiques et les salaires exorbitants de leurs cadres supérieurs. Mais vouloir interdire aux grandes entreprises d’infrastructure de réaliser des bénéfices pouvant servir à subventionner ainsi leurs secteurs moins rentables affaiblit les entreprises. Cela entraîne finalement la diminution de prestations, la privatisation de domaines rentables et le délaissement des régions périphériques.
Si le service public, et donc les prestations de base de la population suisse couvrant les transports publics, les services postaux, le réseau des communications et de l’énergie mais aussi la formation et la santé, doit être assuré jusque dans les régions périphériques, il faut d’abord mettre fin aux programmes d’austérité néfastes et accroître les ressources. On ne peut pas maîtriser autrement les défis des prochaines décennies. FAIF, le fonds de financement à long terme de l’entretien et l’aménagement du réseau ferroviaire, qui a été accepté par le peuple le 9 février, va dans la bonne direction. Le contre-projet à l’initiative sur les médecins de famille, soumis à votation le 18 mai, ou encore l’introduction d’une caisse maladie publique, sont aussi des objets pertinents. Les syndicats exigent un engagement clair de la politique pour des prestations de base globales et de qualité pour la population dans tous les secteurs du service public. Cet engagement doit être ancré dans les lois y relatives (Poste, chemins de fer, etc.).

0 commentaire à “L'initiative «En faveur du service public» manque sa cible”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 365 access attempts in the last 7 days.