Privatisation de l’eau: 2 millions de citoyens contre

Les représentants de près de 2 millions de citoyens de l’UE ont formellement demandé lundi à la Commission européenne de s’engager à ne jamais demander la privatisation des services de gestion de l’eau.
Ils ont déposé la première Initiative citoyenne européenne (ICE) à avoir abouti.

Cette initiative, présentée lundi au Parlement européen, a recueilli 1,88 million de signatures dans treize pays de l’UE. Sur ce nombre, les deux tiers (1,38 million) proviennent de la seule Allemagne, pays farouchement opposé à la privatisation de la distribution de l’eau et du traitement des eaux usées.

Lancée par la Fédération syndicale européenne des services publics (EPSU), cette première ICE à avoir abouti permet aux citoyens européens de demander aux autorités de l’UE de nouvelles législations à condition que le texte soit signé par au minimum un million de personnes issues d’au moins sept Etats membres.

Citoyens exclus

Les signataires réclament «le droit à l’eau et à son assainissement», demandent que «l’approvisionnement en eau et la gestion des ressources hydriques ne soient pas soumis aux règles du marché intérieur» et que «les services des eaux soient exclus de la libéralisation».

«Trop de citoyens européens sont exclus» de l’accès à l’eau, a expliqué la présidente de l’EPSU, Anne-Marie Perret, lors de l’audition au Parlement européen. «Selon les estimations, environ un million de citoyens n’ont pas accès à l’eau potable dans l’UE et près de huit millions n’ont pas une eau de qualité», a-t-elle lancé.

Commission mise en cause

Cette initiative s’inscrit dans la bataille qui oppose les grandes entreprises privées du secteur de l’eau, comme les françaises Veolia et Suez qui souhaitent exporter leur modèle public-privé, aux régies publiques qui gèrent la distribution de l’eau en Allemagne, mais aussi aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves.

Plusieurs députés ont mis en cause la Commission européenne qu’ils ont accusé de promouvoir délibérément la privatisation des services des eaux dans les pays sous assistance financière comme la Grèce ou le Portugal. Les représentants du secteur privé ont déploré de leur côté de ne pas avoir avoir été invités à faire valoir leur point de vue.

La Commission européenne doit maintenant décider de la suite à donner aux demandes de l’ICE. Elle va «prendre le temps de réfléchir à la meilleure réponse», a assuré le commissaire Maros Sefcovic, responsable des relations entre les institutions de l’UE.

(ats) 20 minutes

0 commentaire à “Privatisation de l'eau: 2 millions de citoyens contre”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 408 access attempts in the last 7 days.