Université d’Attac à Lausanne

La Suisse, un paradis pour qui ?

Les jolis paysages suisses attirent les multinationales et les grosses fortunes qui viennent s’installer au bord de nos lacs. À moins que les privilèges fiscaux accordés par notre politique néolibérale et la discrétion légendaire de nos banques ne constituent l’atout principal de notre beau pays ? Quelles sont les conséquences économiques, sociales et écologiques de leur installation en Suisse sur notre vie de tous les jours, ici et ailleurs ? Nous vous invitons à en discuter dans le cadre de l’université d’attac 2012 qui se tiendra à Lausanne du 5 au 7 octobre.

Lors de notre 9e Université qui s’intitulera “La Suisse : Paradis pour qui ?”, nous aborderons l’actualité financière, économique, sociale et écologique mondiale en partant de l’analyse du laboratoire néolibéral que représente l’Arc lémanique.

En effet, forte de sa situation de paradis fiscal favorisant la fraude fiscale des riches suisses ou étrangers, facilitant la défiscalisation des entreprises en vidant les caisses des Etats et permettant aux dictateurs et au crime organisé de blanchir et de faire fructifier leurs milliards, cette région attire des entreprises étrangères au moyen de rabais ou d’exonérations fiscaux, leurs “managers” et leurs familles. Amenant avec eux leur niveau de vie élevé, ces nouveaux habitants, par leurs investissements locaux, vont faire exploser le prix des terrains et des locations. Souvent, une fois leur exonération fiscale échue, ces entreprises délocalisent brusquement en emmenant leurs dirigeants et en abandonnant les employés locaux aux services du chômage.

De plus, dans le domaine financier, toute une série d’entreprises aux activités toxiques et déstabilisatrices de l’économie, comme les entreprises de trading de matières premières ou les hedge funds, sont venues s’installer au bord du Lac Léman, toujours dans le but d’optimiser leur fiscalité. Pour couronner le tout, le système des forfaits fiscaux attire également les très riches étrangers dans cette région en privant leur pays d’origine d’impôts dus et nécessaires au redressement de leurs finances.

En un mot, il semble que la plupart des maux que dénoncent Attac depuis sa création se concentrent en Suisse et dans cette région en particulier.

Ailleurs en Europe, la crise qui ne cesse de s’amplifier dévoile l’échec d’un système fondé sur la marchandisation de tous les espaces de la vie et de la planète. L’austérité sans limite, présentée comme la seule manière de concevoir l’avenir, menace les droits fondamentaux, précarise le travail et démantèle la protection sociale, dégrade la nature et met à mal une démocratie déjà bien chancelante. Si la situation paraît moins dramatique en Suisse, il serait inconscient de penser que l’affaiblissement de l’économie européenne n’affectera pas notre pays.

Face à ce constat plus que préoccupant, l’université d’Attac, ouverte à toutes et à tous, sera un moment chaleureux et festif lors duquel la réflexion et le débat pourront largement s’exprimer et s’enrichir.

Nous travaillerons ensemble à l’élaboration de convergences et de propositions alternatives porteuses de logiques solidaires, écologiques, démocratiques et humaines. Cette université créera un espace où la force de nos convictions altermondialistes élargira le champ des possibles et aiguisera notre exigence démocratique, afin de remettre en cause l’horizon indépassable du capitalisme.

Programme

0 commentaire à “Université d'Attac à Lausanne”


  1. Aucun commentaire


Bad Behavior has blocked 365 access attempts in the last 7 days.