Syndicom s’engage pour une presse variée et critique

Interview d’Alain Carrupt, co-président de Syndicom

Gauchebdo

La fusion entre le Syndicat de la communication, syndicat des employés de la Poste et de Swisscom, et Comedia, syndicat des médias, est devenue effective depuis janvier 2011. Interview d’Alain Carrupt, co-président de Syndicom.

Syndicom est devenu le deuxième syndicat de Suisse. Qu’a apporté encore cette fusion ?
Alain Carrupt Syndicom existe depuis le début de l’année. Il est donc encore un peu prématuré de faire un bilan de la fusion. Des avantages importants sont cependant déjà clairement visibles. Je peux citer deux exemples. Tout d’abord, la proximité avec nos membres qui a été considérablement améliorée par le renforcement de nos structures régionales. La Suisse romande dispose de deux secrétariats supplémentaires à Fribourg et Sion, qui, avec ceux de Lausanne, Genève et Neuchâtel, permettent une présence locale beaucoup plus forte. Ensuite le succès obtenu dans le cadre de l’action menée en commun avec Impressum et une quinzaine de publications, dont Gauchebdo. Dans ce contexte, Syndicom a pu utiliser tout le poids de son organisation envers la Poste pour obtenir des mesures transitoires positives dans le cadre de l’aide indirecte à la Presse.

L’aide indirecte à la presse par le biais de la réduction des tarifs postaux continue pourtant à être menacée. Quels sont vos objectifs dans ce domaine ?
Syndicom refuse que quelques personnes contrôlent les médias en Suisse, comme on le voit en Italie. Il s’engage pour une presse variée et critique. Le maintien des tarifs réduits - qui découlent de l’aide indirecte - constitue une condition importante de cet objectif. Comme je l’ai mentionné, Syndicom est intervenu avec tout son poids pour soutenir les journaux menacés et ceux déjà victimes des décisions très restrictives de la Poste dans l’octroi de cette aide indirecte. Un premier succès a été obtenu avec la mise en œuvre par la Poste de mesures transitoires qui ont permis à plusieurs journaux de continuer de bénéficier de l’aide indirecte. Ce n’est cependant qu’une victoire d’étape. L’ordonnance relative à la loi sur la Poste va être mise en consultation sous peu. Elle doit fixer les nouveaux critères d’octroi. Dans ce cadre, Syndicom va prendre une position très ferme pour que les journaux régionaux, locaux et de la presse associative qui contribuent à la diversité de la presse en suisse, puissent bénéficier de cette aide, synonyme de survie pour certains d’entre eux.

La Poste vient de faire un nouveau bénéfice record, qu’attendez-vous maintenant du Géant jaune ?
Avec 910 millions de bénéfices en 2010, la Poste Suisse bat en effet tous les records des dernières années. Ce qui montre qu’elle se porte beaucoup mieux que ce qu’elle a voulu faire croire pour justifier ses restructurations permanentes. Malgré tout, la direction de la Poste continue impitoyablement sa stratégie de maximisation des gains. Une stratégie erronée qu’il convient de stopper. Syndicom exige avec fermeté que le conseil d’administration et la direction de la Poste décident un moratoire sur la transformation du réseau postal et qu’ils renoncent au projet tueur d’emplois Distrinova ». D’autre part, Syndicom continuera de combattre toute dégradation des prestations de service public.

Propos recueillis par Joël Depommier

0 commentaire à “ Syndicom s’engage pour une presse variée et critique”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 486 access attempts in the last 7 days.