Entre le city management et La Poste, y a-t-il un lien ?

Citymanagement. Avez-vous entendu parler ? C’est la taxe que, depuis le début du mois de juin, la Municipalité de Lausanne veux faire payer à tous les commerçants pour animer la ville et développer le commerce. Le but du citymanagement est de transformer la ville en parc d’attractions pour que les chalands dépensent en ayant l’impression de s’amuser.
Un peu la même chose que La Poste. A la place d’améliorer ses prestations de service public, La Poste est devenue un grand supermarché dans lequel, pendant que vous attendez sagement votre tour pour poster vos lettres, vous pouvez acheter de l’antigel pour votre voiture, un livre de recettes ou une barre de chocolat.
Et bin, si cet état de faits vous a fâché, maintenant vous pourrez rire ! Comme La Poste est devenu un magasin comme un autre, elle aussi sera assujettie à cette taxe ! Comme les magasins privés. Vous avez dit rire ? Plutôt pleurer ! C’est la marque supplémentaire que nous devrons encore beaucoup nous battre pour que La Poste continue dans les mains du service public !

Définition du Citymanagement:

Il s’agit d’une taxe dégressive prélevée en fonction du nombre d’employé-e-s et pèse donc sur le travail et sur l’emploi. Elle touche directement l’emploi et absolument pas le bénéfice. Donc le cordonnier de la Borde avec un ouvrier ou la coiffeuse de Montelly avec une shampouineuse paieront la même somme que le bijoutier de la rue de Bourg avec une vendeuse. Le plancher a été finalement fixé 60% plus cher que celui décidé par le Conseil communal pour les petits commerçants et le plafond 20% moins cher que celui décidé par le Conseil communal pour les grandes surfaces.

En clair, cette taxe propose que tous les commerçants paient pour sauvegarder certains commerces à haute valeur ajoutée dans le centre ville, c’est-à-dire rue Bourg, St François. En effet, les manifestations de quartier, d’après les commerçants, elles favorisent la convivialité, la mixité, fidélisent les clients du quartier et diminuent probablement incivilité et violence, mais n’amènent pas forcément de nouveaux clients. Les petits commerçants sont remontés à bloc contre cette taxe.
Il s’agit d’un projet consumériste qui va favoriser un certain type de commerces de luxe au centre-ville au dépens des autres commerçants de quartier et réintroduire plus de voitures en ville. Il n’a rien à voir avec le service public.

1 commentaire à “Entre le city management et La Poste, y a-t-il un lien ?”


  1. 1 Boulaz Michel 29 juin 2007 à 6:30

    Bonsoir,
    je voulais juste dire que cette nouvelle taxe est une injustice flagrante. Alors soit on se lance dedans pour essayer de corriger les erreurs de ce reglément, mais celà sous-entend que l’on accepte le principe d’imposition. Soit on se bat contre en lancant un référdum au niveau cantonal ou communal. Y-a-t’il des intéressés?
    Bonne soirée.

Laisser un commentaire





Bad Behavior has blocked 402 access attempts in the last 7 days.